Des articles

Quelle est la limite de traversée du canon de l'armement de 75 mm sur le M3 Lee/Grant ?

Quelle est la limite de traversée du canon de l'armement de 75 mm sur le M3 Lee/Grant ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Quelle est la limite de traversée du canon de l'armement de 75 mm sur le M3 Lee/Grant ?

http://www.onwar.com/weapons/tanks/firearms/fm3a4med.html et http://afvdb.50megs.com/usa/m3lee.html disent 15 degrés L/R.

Quelqu'un connaît-il une source directe et fiable telle que les archives de l'armée américaine ?


Selon le manuel de terrain de base FM23-95, 75 mm Tank Gun M2 (monté dans un char moyen M3), la quantité de traversée vers la gauche et la droite est en fait de 14° 0'. Tours de volant pour traverser la course maximale (28°) est de 25½. Un tour du volant était de 1° 6'.

Notez que le lien ci-dessus renvoie à un fichier PDF qui peut être téléchargé sur votre ordinateur, mais qui s'ouvre directement dans Firefox dans le mien.


Le manuel d'utilisation du réservoir est disponible sur archive.org. La qualité de l'OCR n'est pas superbe, mais suffisante pour confirmer la traversée gauche et droite de 15 degrés.

Voir page 41.


M3 Lee

Les M3 Lee, officiellement Char moyen, M3, était un char moyen américain utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale. En Grande-Bretagne, le char était appelé par deux noms en fonction de la configuration de la tourelle et de la taille de l'équipage. Les chars utilisant des tourelles de modèle américain étaient appelés les "Lee", du nom du général confédéré Robert E. Lee. Les variantes utilisant des tourelles à motif britannique étaient connues sous le nom de "Accorder", du nom du général de l'Union Ulysses S. Grant.

  • Détroit Tank Arsenal de Chrysler (M3 Lee, M3A4)
  • American Locomotive Company (ALCo) (M3 Lee, M3A1)
  • Pullman Standard (Bourse M3)
  • Pressed Steel Car Company (Subvention M3)
  • Baldwin Locomotive Works (M3 Grant, M3A2, M3A3 (à la fois Lee et Grant), M3A5 (à la fois Lee et Grant))

La conception a commencé en juillet 1940 et les premiers M3 étaient opérationnels à la fin de 1941. [2] L'armée américaine avait besoin d'un char moyen armé d'un canon de 75 mm et, couplé à la demande immédiate du Royaume-Uni pour 3 650 chars moyens, [3] le Lee a commencé la production à la fin des années 1940. La conception était un compromis destiné à produire un char le plus tôt possible. Le M3 avait une puissance de feu considérable et un bon blindage, mais présentait de sérieux inconvénients dans sa conception et sa forme générales, notamment une silhouette haute, un support archaïque de sponson du canon principal empêchant le char de prendre une position de coque en bas, une construction rivetée et une mauvaise position -performances routières.

Ses performances globales n'étaient pas satisfaisantes et le char a été retiré du combat dans la plupart des théâtres dès que le char M4 Sherman est devenu disponible en plus grand nombre. Malgré cela, il a été considéré par Hans von Luck (un Oberst (Colonel) dans le Wehrmacht Heer et l'auteur de Commandant Panzer) d'être supérieur au meilleur char allemand au moment de son introduction, le Panzer IV (au moins jusqu'à la variante F2). [4]

Bien qu'ils aient été remplacés ailleurs, les Britanniques ont continué à utiliser des M3 au combat contre les Japonais en Asie du Sud-Est jusqu'en 1945. [5] Près d'un millier de M3 ont été fournis à l'armée soviétique dans le cadre du prêt-bail entre 1941 et 1943.


Le M3 Lee - Le char le plus laid de la Seconde Guerre mondiale ?

On pourrait soutenir que le M3 apparemment laid, défectueux et difficile à contrôler et ses variantes méritaient un meilleur traitement de la part de ses adversaires. Après tout, il n'a été ni conçu pour être supérieur au Sherman ni construit à un degré quelconque de
perfection, et était simplement prévu comme une combinaison urgente d'armure lourde et de mobilité avec un temps de production minimal à l'esprit. Au bord de la guerre, la plupart des nations alliées avaient un besoin urgent de nouveaux chars fiables en grand nombre et le M3 a apporté exactement cela. Malgré ses nombreux problèmes, la série M3 était étonnamment robuste au combat et on pouvait compter sur elle si nécessaire.

En 1939, l'Amérique n'avait que plusieurs centaines de chars moyens et voulait désespérément produire un nouveau char avec un blindage décent qui pourrait servir de véhicule intérimaire aussi longtemps qu'il leur faudrait pour mettre le M4 Sherman en fabrication. Afin de lancer des attaques supérieures contre les chars allemands, l'Amérique et la Grande-Bretagne avaient besoin d'un char pouvant transporter un puissant canon de 75 mm. Le Royaume-Uni avait passé une commande de 3 650 chars moyens en provenance d'Amérique, car leur demande initiale de Matildas et de Crusaders avait été rejetée. Par conséquent, les deux nations avaient une forte demande pour un char équipé d'un 75 mm.

N'ayant pas les capacités d'ingénierie pour construire une tourelle entièrement rotative capable de supporter le poids d'un tel armement, les États-Unis se sont tournés vers la création d'un char temporaire et imparfait, capable de transporter le 75 mm mais de se battre sans qu'il soit situé dans une tourelle. Ainsi, ce canon principal était plutôt situé dans un flotteur qui était monté sur le côté droit de la coque. Il avait une traversée et une élévation limitées, mais avait toujours la capacité de tirer à la fois des obus perforants et des obus à grande vitesse. Le canon de 75 mm était complété par une combinaison d'un périscope et d'un télescope, appelé M1, pour le ciblage optique primaire. Cela le rendait excellent et pouvait trouver et verrouiller des cibles et le canon principal pouvait tirer à une portée maximale d'environ 3 000 mètres. C'était en fait assez précis.

Cependant, les États-Unis voulaient toujours un canon de 37 mm entièrement traversable, qui a été ajouté dans une petite tourelle au sommet de la coque. Capable d'effectuer une rotation complète en seulement 15 secondes environ, la tourelle était propulsée par un moteur hydraulique qui à son tour était entraîné par le moteur principal du char. Le 37 mm était visé avec un télescope M2 et pouvait tirer jusqu'à 1 500 mètres. Dans une certaine mesure, il était bon pour contrer les autres chars. La tourelle comportait également un support AA externe arrière pour une mitrailleuse M1919.

Comme le 75 mm devait être monté sur un flotteur relié à la caisse par une tourelle pour le canon de 37 mm, le M3 devait avoir une caisse large pour lui faire de la place. De plus, le Lee était très grand et spacieux et son profil haut le rendait facile à repérer et à cibler. Mesurant environ 10 pieds de haut, le M3 était nettement plus haut que les autres chars de son époque. Parce que le canon principal était monté dans un sponson et non dans une tourelle, le M3 ne pouvait pas prendre une position de caisse basse, ce qui signifiait qu'il ne pouvait pas se cacher derrière une dune de sable ou un talus et tirer sur une cible ennemie sans que le 75 mm ne soit couvert. Si le canon principal devait tirer de derrière une cachette, la coque du char devrait être exposée. L'ensemble du char devait être tourné pour viser le canon de 75 mm, ce qui rendait le M3 très maladroit et souvent difficile à contrôler et à attaquer.

Même si le M3 avait de terribles capacités hors route, il pouvait toujours atteindre jusqu'à 26 mph sur une route pavée. Il était contrôlé par un freinage différentiel. En raison de sa grande portée, il pouvait affronter les canons antichars allemands, qui se révélaient être un grave problème pour les chars alliés lors de la campagne d'Afrique du Nord. Le M3 a combattu à Gazala où les Britanniques ont combattu l'Afrika Korps. En tirant sur les Panzers allemands depuis l'extérieur de leur portée naturelle, les Britanniques pouvaient obtenir un avantage sur eux malgré les défauts de mobilité du M3. Malheureusement, de nombreux boucliers de sable sur les chars se sont renversés avec peu de tentatives pour les réparer. Le M3 était excellent dans le rôle de soutien d'infanterie en raison de ses obus hautement explosifs.

Les chenilles, le système de suspension à volute et les roues de route avaient été adaptés des précédents modèles de chars moyens, principalement le M2, car les fabricants n'avaient pas grand-chose à développer de mieux - le M3 était essentiellement un spécimen provisoire. Les Américains adoraient les mitrailleuses sur leurs chars et équipaient le M3 de plusieurs emplacements de montage pour les canons. Ceux-ci se sont avérés difficilement pratiques au combat et ont finalement été retirés ou soudés. À l'origine, il y avait des espaces pour trois des quatre mitrailleuses Browning M1919A4 cal.30 - l'organisation conventionnelle - qui ne pouvaient être modifiées qu'en élévation et non en travers. Cela signifiait que tout le char devait se déplacer pour viser les mitrailleuses, là où étaient les meilleurs pour l'anti-infanterie.

Bien qu'il y ait eu plusieurs cas de coques moulées et soudées pour le M3 Lee, en général, le corps était construit à partir de nombreuses plaques de métal rivetées. Le problème avec cette méthode de construction était que si le corps était touché par un obus non perforant, les plaques pouvaient tomber et devenir des projectiles à grande vitesse à l'intérieur du char.

Les Britanniques ont remarqué plusieurs défauts dans la conception originale du char et ont apporté leurs propres modifications. Leur variante du M3 s'appelait le Grant. Churchill en particulier a déclaré qu'il ne devrait pas s'appeler « Général Grant », mais simplement « Grant ». Le Grant avait une tourelle plus longue et plus plate afin d'accueillir une unité de transmission radio, et une simple trappe à deux volets avec un mécanisme de verrouillage facile a été ajoutée au sommet de la tourelle. Grant était exploité par six membres d'équipage. En comparaison, la version américaine porte le nom du général confédéré Robert .E. Lee et avait sept membres d'équipage.

Le M3 était un excellent choix pour l'approvisionnement en masse et la production rapide - étant basé sur le prototype T5E2 - ce qui en fait une solution très recherchée lorsque la demande pour plus de chars moyens est apparue et que les taux de construction ont chuté. Comme le M3 avait un blindage décent et relativement lourd, il s'est avéré extrêmement utile et efficace dans le Pacifique contre le Japon, dont les troupes n'avaient pas les armes antichars nécessaires pour y résister.

Un grand nombre de M3 ont été expédiés à l'Armée rouge, qui était déçue de ses défauts et le considérait bien pire que leur T-34 avancé. Cependant, ils avaient peu de chance car ils avaient besoin d'autant de chars que possible puisque les Allemands avaient envahi leur territoire et bloqué la production de chars. Les Russes ont appelé le M3 un « tombe pour sept hommes », ce qui était principalement dû à leur sens de l'humour noir. Malgré le fait que le M3 soit devenu très rapidement obsolète et inférieur aux nouveaux chars, il était – à l'âge d'or de sa vie – le meilleur char que les Alliés aient pu distribuer et utiliser. Il a agi comme un approvisionnement d'urgence à une époque où l'Amérique, la Grande-Bretagne, la Russie et plusieurs autres pays avaient un besoin urgent de véhicules blindés et étaient incapables d'en fabriquer de meilleurs et de nouveaux rapidement. Certains partisans du char moyen M3 disent qu'il était meilleur que le vaisseau amiral des Allemands - le Panzer IV.


Le char M3 Lee – le plus laid de la Seconde Guerre mondiale ?

On pourrait soutenir que le M3 apparemment laid, défectueux et difficile à contrôler et ses variantes méritaient un meilleur traitement de la part de ses adversaires. Après tout, il n'a été ni conçu pour être supérieur au Sherman ni construit à un quelconque degré de perfection, et a simplement été conçu comme une combinaison urgente de blindage lourd et de mobilité avec un temps de production minimal à l'esprit. Au bord de la guerre, la plupart des nations alliées avaient un besoin urgent de nouveaux chars fiables en grand nombre et le M3 a apporté exactement cela. Malgré ses nombreux problèmes, la série M3 était étonnamment robuste au combat et on pouvait compter sur elle si nécessaire.

En 1939, l'Amérique n'avait que plusieurs centaines de chars moyens et voulait désespérément produire un nouveau char avec un blindage décent qui pourrait servir de véhicule intérimaire aussi longtemps qu'il leur faudrait pour fabriquer le M4 Sherman. Afin de lancer des attaques supérieures contre les chars allemands, l'Amérique et la Grande-Bretagne avaient besoin d'un char pouvant transporter un puissant canon de 75 mm. Le Royaume-Uni avait passé une commande de 3 650 chars moyens en provenance d'Amérique, car leur demande initiale de Matildas et de Crusaders avait été rejetée. Par conséquent, les deux nations avaient une forte demande pour un char équipé d'un 75 mm.

N'ayant pas les capacités d'ingénierie pour construire une tourelle entièrement rotative capable de supporter le poids d'un tel armement, les États-Unis se sont tournés vers la création d'un char temporaire et imparfait, capable de transporter le 75 mm mais de se battre sans qu'il soit situé dans une tourelle. Ainsi, ce canon principal était plutôt situé dans un flotteur qui était monté sur le côté droit de la coque. Il avait une traversée et une élévation limitées, mais avait toujours la capacité de tirer à la fois des obus perforants et des obus à grande vitesse. Le canon de 75 mm était complété par une combinaison d'un périscope et d'un télescope, appelé M1, pour le ciblage optique primaire. Cela le rendait excellent et pouvait trouver et verrouiller des cibles et le canon principal pouvait tirer à une portée maximale d'environ 3 000 mètres. C'était en fait assez précis.

Cependant, les États-Unis voulaient toujours un canon de 37 mm entièrement traversable, qui a été ajouté dans une petite tourelle au sommet de la coque. Capable d'effectuer une rotation complète en seulement 15 secondes environ, la tourelle était propulsée par un moteur hydraulique qui à son tour était entraîné par le moteur principal du char. Le 37 mm était visé avec un télescope M2 et pouvait tirer jusqu'à 1 500 mètres. Dans une certaine mesure, il était bon pour contrer d'autres chars. La tourelle comportait également un support AA externe arrière pour une mitrailleuse M1919.

Besoin d'un écrivain ? Je peux écrire sur l'histoire, la culture et l'art! Cliquez ici pour en savoir plus…

Comme le 75 mm devait être monté sur un flotteur relié à la caisse par une tourelle pour le canon de 37 mm, le M3 devait avoir une caisse large pour lui faire de la place. De plus, le Lee était très grand et spacieux et son profil haut le rendait facile à repérer et à cibler. Mesurant environ 10 pieds de haut, le M3 était nettement plus haut que les autres chars de son époque. Parce que le canon principal était monté dans un sponson et non dans une tourelle, le M3 ne pouvait pas prendre une position de caisse basse, ce qui signifiait qu'il ne pouvait pas se cacher derrière une dune de sable ou un talus et tirer sur une cible ennemie sans que le 75 mm ne soit couvert. Si le canon principal devait tirer de derrière une cachette, la coque du char devrait être exposée. L'ensemble du char devait être tourné pour viser le canon de 75 mm, ce qui rendait le M3 très maladroit et souvent difficile à contrôler et à attaquer.

“La production du M3 a commencé en 1941”

Même si le M3 avait de terribles capacités hors route, il pouvait toujours atteindre jusqu'à 26 mph sur une route pavée. Il était contrôlé par un freinage différentiel. En raison de sa grande portée, il pouvait affronter les canons antichars allemands, qui se révélaient être un grave problème pour les chars alliés lors de la campagne d'Afrique du Nord. Le M3 a combattu à Gazala où les Britanniques ont combattu l'Afrika Korps. En tirant sur les Panzers allemands depuis l'extérieur de leur portée naturelle, les Britanniques pouvaient obtenir un avantage sur eux malgré les défauts de mobilité du M3. Malheureusement, de nombreux boucliers de sable sur les chars se sont renversés avec peu de tentatives pour les réparer. Le M3 était excellent dans le rôle de soutien d'infanterie en raison de ses obus hautement explosifs.

Les chenilles, le système de suspension à volute et les roues de route avaient été adaptés des précédents modèles de chars moyens, principalement le M2, car les fabricants n'avaient pas grand-chose à développer de mieux - le M3 était essentiellement un spécimen provisoire. Les Américains adoraient les mitrailleuses sur leurs chars et équipaient le M3 de plusieurs emplacements de montage pour les canons. Ceux-ci se sont avérés difficilement pratiques au combat et ont finalement été retirés ou soudés. À l'origine, il y avait des espaces pour trois des quatre mitrailleuses Browning M1919A4 cal.30 - l'organisation conventionnelle - qui ne pouvaient être modifiées qu'en élévation et non en travers. Cela signifiait que tout le char devait se déplacer pour viser les mitrailleuses, là où étaient les meilleurs pour l'anti-infanterie.

Bien qu'il y ait eu plusieurs cas de coques moulées et soudées pour le M3 Lee, en général, le corps était construit à partir de nombreuses plaques de métal rivetées. Le problème avec cette méthode de construction était que si le corps était touché par un obus non perforant, les plaques pouvaient tomber et devenir des projectiles à grande vitesse à l'intérieur du char.

Les Britanniques ont remarqué plusieurs défauts dans la conception originale du char et ont apporté leurs propres modifications. Leur variante du M3 s'appelait le Grant. Churchill a spécifiquement déclaré qu'il ne devrait pas s'appeler « Général Grant », mais simplement « Grant ». Le Grant avait une tourelle plus longue et plus plate afin d'accueillir une unité de transmission radio, et une simple trappe à deux volets avec un mécanisme de verrouillage facile a été ajoutée au sommet de la tourelle. Grant était exploité par six membres d'équipage. En comparaison, la version américaine a été nommée d'après le général confédéré Robert .E. Lee et avait sept membres d'équipage.

Le M3 était un excellent choix pour l'approvisionnement en masse et la production rapide - étant basé sur le prototype T5E2 –, ce qui en fait une solution très recherchée lorsque la demande pour plus de chars moyens est apparue et que les taux de construction ont chuté. Comme le M3 avait un blindage décent et relativement lourd, il s'est avéré extrêmement utile et efficace dans le Pacifique contre le Japon, dont les troupes n'avaient pas les armes antichars nécessaires pour y résister.

Besoin d'un écrivain ? Je peux écrire sur l'histoire, la culture et l'art ! Cliquez ici pour en savoir plus…

Un grand nombre de M3 ont été expédiés à l'Armée rouge, qui était déçue de ses défauts et le considérait bien pire que leur T-34 avancé. Cependant, ils avaient peu de chance car ils avaient besoin d'autant de chars que possible puisque les Allemands avaient envahi leur territoire et bloqué la production de chars. Les Russes ont qualifié le M3 de « tombe pour sept hommes », ce qui était principalement dû à leur sens de l'humour noir. Malgré le fait que le M3 soit devenu très rapidement obsolète et inférieur aux nouveaux chars, il était – à l'âge d'or de sa vie – le meilleur char que les Alliés aient pu distribuer et utiliser. Il a agi comme un approvisionnement d'urgence à une époque où l'Amérique, la Grande-Bretagne, la Russie et plusieurs autres pays avaient un besoin urgent de véhicules blindés et étaient incapables d'en fabriquer de meilleurs et de nouveaux rapidement. Certains partisans du char moyen M3 disent qu'il était meilleur que le vaisseau amiral des Allemands - le Panzer IV.


Utilisation au combat[modifier | modifier la source]

L'expérience de combat avec le M3 Lee était compliquée, mais favorable. En Afrique, les Lees et les Grants en service britannique et américain ont surpris les forces allemandes lorsqu'ils ont pu résister à l'armement des canons de 50 mm KwK 38 L/42 et des obusiers de 75 mm KwK 37 L/24 sur les Panzer III et Panzer IV. Le M3 Lee s'est avéré fiable et adéquat en matière de protection blindée. L'expérience des Soviétiques avec le M3 Lee était moins favorable, car leurs chars T-34 étaient bien meilleurs au combat. Les Soviétiques l'appelaient par euphémisme une « tombe pour six hommes » et les chars Lee ont été relégués sur les fronts secondaires ou reconvertis en véhicules blindés de transport de troupes. Dans le Pacifique, les M3 Lee furent prêtés aux Australiens et aux Indiens, qui se révélèrent largement supérieurs aux chars japonais en service. La seule utilisation américaine du M3 Lee au Pacific Theatre était pendant la bataille de l'île de Makin.

Le M3 Lee a bien servi de solution d'arrêt pour le développement des chars américains. Ils se sont très bien comportés sur le terrain de combat et se sont avérés très fiables. Cependant, une fois qu'une tourelle de 75 mm a finalement été conçue, le M3 Lee a été repensé pour l'utiliser, et le char résultant était le M4 Sherman, qui remplacera les chars M3 des Alliés à mesure qu'ils seront retirés du service. Même si ce n'était pas le cas, le M3 devenait obsolète en raison du déploiement de nouveaux chars allemands, tels que le Panther, le Tiger I, ou l'amélioration d'anciens châssis comme le Panzer IV Ausf. G et StuG III Ausf. F. Son obsolescence était une conséquence de son propre développement plutôt unique et de sa conception anachronique, limitant la durée de vie de ce char moyen à seulement deux ans entre les mains des Alliés. Cependant, il a survécu jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale dans certaines modifications telles que le tracteur et le véhicule de dépannage. Le châssis et le train de roulement ont été adaptés par les Canadiens pour développer leur char moyen Ram.


Un équipage de 7, vraiment ? 30 photos du char moyen M3 Lee/Grant

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le M3 Lee était l'un des premiers chars moyens américains. Il était connu sous deux noms, “Lee” et “Grant”. Les noms dépendaient de la configuration de la tourelle des chars et de la taille de l'équipage.

Les chars dotés d'une tourelle américaine et d'un équipage de 7 membres s'appelaient “Lee” en l'honneur du général confédéré Robert .E. Lee tandis que ceux qui disposaient d'une tourelle britannique et d'un équipage de 6 hommes étaient appelés “Grant” en l'honneur du général de l'Union Ulysse. S. Grant.

British M3 Grant (à gauche) et Lee (à droite) à El Alamein (Égypte), dans le désert du Sahara, 1942, montrant les différences entre la tourelle britannique et la conception originale

Le M3 a été conçu pour répondre à un besoin de l'armée américaine pour un char moyen armé d'un canon de 75 mm. En raison de l'urgence du besoin, la conception était remplie de défauts. Bien que le M3 ait une puissance de feu substantielle et un bon blindage, les performances hors route du char étaient médiocres, le montage projeté du canon principal exposait la coque du char, le rendant un peu dangereux, le blindage était riveté et non soudé et il faisait plus de 10 pieds de haut, ce qui en fait une cible facile à atteindre.

En général, ses performances étaient inférieures aux normes bien qu'il ait été considéré par quelques partisans comme meilleur que le Panzer IV qui était le meilleur char allemand à l'époque.

Usine Chrysler fabriquant la M3 Lee.

Au moment de la production du M3, les plans du M4 Sherman avaient déjà été mis en place mais un canon avec les armements du Sherman proposé était nécessaire jusqu'à ce que le Sherman puisse être construit. Le M3 était ce char. Cependant, un petit ajustement du plan a dû être fait car les Américains n'avaient pas conçu de tourelle pour transporter un canon de 75 mm.

L'ajustement était un flotteur qui se présente sous la forme d'une projection sur le côté du char pour aider à stabiliser la tourelle. Au-dessus se trouvait une tourelle plus petite tenant un canon de 37 mm tandis qu'une coupole au sommet de la tourelle tenait une mitrailleuse.

L'idée est tirée du char français B1 et de la version Mark I du char Churchill. La différence, cependant, était que le canon M3’s pouvait tirer un projectile perforant à très grande vitesse ainsi qu'un gros explosif.

Une variante du Grant Command utilisée par le général Montgomery, hébergée à l'Imperial War Museum de Londres. Par Nick Dowling CC BY-SA 3.0

Le char pesait 27 tonnes, mesurait 5,64 m de long, 2,72 m de large et 3,12 m de haut. Il possédait deux canons principaux, un canon M3 de 75 mm et un autre canon M5 de 37 mm. Le canon de 75 mm avait un périscope intégré à un télescope et monté sur le flotteur. Il avait également 3 ou 4 canons Browning M19191A4 montés dans la coque. Les Brownings étaient fixes en traverse mais leurs élévations pouvaient être ajustées. Il pouvait rouler aussi vite que 26 milles à l'heure sur route et 16 milles à l'heure hors route. Le M3 avait plus de 4 000 variantes aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Australie.

Le M3 a vu beaucoup d'action à Gazala avec les Britanniques contre l'Afrika Korps. Ses autres utilisateurs comprennent les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Russie et l'Australie.

Le film de 1943, "Sahara" avec Humphrey Bogart, présente un M3 Lee.

Deux subventions M3 au musée de Yad-la-Shiryon, par Alleged Bukvoed-CC BY 2.5

M3 Lee vu de l'arrière. Par présumé Bukvoed-CC PAR 2.5

Char M3 Grant utilisé par le maréchal Montgomery pendant la Seconde Guerre mondiale

Un canon de 37 mm pouvant être monté sur le M3. Par Bukvoed -CC PAR 2.5

Un M3 Lee en exercice à Ft. Knox

Un M3 Lee équipé de son dôme d'origine.

Un M3 Lee britannique à Mandalay, Birmanie (Myanmar), pendant la partie 1944-1945 de la campagne de Birmanie, mars 1945. Des chenilles de rechange sont soudées à l'avant pour une protection supplémentaire

Le char M3 Lee s'envole sur une course à obstacles

Des chars M3 Grant pour l'armée britannique quittent l'usine standard Pullman 1941

Knocked Out M3 Lee Grant Tank Afrique du Nord

Réservoir M3 Lee Grant en action Birmanie 1945

Un M3 Lee russe

M3 Lee détruit en Afrique

Char britannique M3 Grant de la 1re Division blindée d'Afrique du Nord

M3 Lee capturé en Tunisie DAK Afrika Korps

Char M3 Lee 1941

Char soviétique M3 Lee. numéro 135 – Front de l'Est

Char M-3 en action à Fort. Knox, Ky. Juin 1943

M3 M4 tank company bivouac FT. Knox. KY.

Chars et équipages M-3, Ft. Knox, Ky

Chars M-3 en action, Ft. Knox, Ky.

Un char britannique Lee traverse une rivière au nord d'Imphal pour rencontrer l'avance japonaise en Birmanie, 1944

Un réservoir Lee chargé sur un ferry ponton

Chars M3 de l'armée américaine lors de manœuvres au Royaume-Uni.

Une compagnie de chars M3 Lee Lend-Lease fournis par les États-Unis avance jusqu'à la ligne de front de la 6e armée de la garde pendant la bataille de Koursk.


Char moyen M3A4 Lee 1-7,15-16

  • Commandant en tourelle arrière gauche
  • Mitrailleur de 37 mm dans la tourelle arrière gauche
  • Chargeur de 37 mm au centre droit de la tourelle
  • Mitrailleur de 75 mm dans la coque avant droit
  • Chargeur de 75 mm au centre droit de la coque
  • Pilote au centre avant de la coque
  • Opérateur radio au centre de la coque

Le moteur A57 du M3A4 était en fait cinq moteurs automobiles Chrysler conçus pour fonctionner comme un seul moteur, et a été conçu pour aider à pallier la pénurie de moteurs de chars. La taille de cette agglomération nécessitait l'extension de la coque du M3A4. Il y a un espace distinctif entre les bogies de suspension des M3A4 qui est d'environ 6" (15 cm) plus long que celui des autres M3. Les renflements dans le plancher et le toit du compartiment moteur accueillaient respectivement le ventilateur et le radiateur de l'A57. Britanique.

L'A57 était composé de cinq moteurs à tête en L, chacun ayant son propre vilebrequin, pistons, arbre à cames, soupapes, collecteur, carburateur et distributeur. Ils ont été assemblés à un carter commun. Chacun des cinq vilebrequins du moteur faisait tourner un engrenage d'entraînement qui entraînait un engrenage plus gros qui était calé sur l'arbre d'engrenage entraîné du groupe motopropulseur. Cet arbre entraînait l'embrayage du moteur.


Base de données de la Seconde Guerre mondiale


ww2dbase La conception du char moyen M3 a été dessinée comme une solution provisoire basée sur la plate-forme du char moyen M2 pour une utilisation avant qu'une meilleure conception puisse être achevée. La conception était non conventionnelle à bien des égards.

ww2dbase Tout d'abord, les canons primaires étaient montés sur des flotteurs situés sur la pente avant droite de la caisse. Les flotteurs étaient essentiellement des plaques d'acier incurvées horizontalement qui tournaient à gauche et à droite, tandis que les boucliers de canon intégrés permettaient aux canons principaux d'ajuster l'élévation. Ce montage inhabituel a entraîné une caractéristiques de traversée limitée des canons principaux, et dans les cas où les chars auraient besoin de tirer vers l'arrière, comme en retraite, les chars moyens M3 ne pouvaient pas le faire. Contrairement à leurs contemporains, les tourelles supérieures des chars moyens M3 portaient l'arme secondaire, les canons de 37 mm, au lieu des armes principales. La conception originale de la tourelle supérieure comportait également des coupoles de mitrailleuses qui pouvaient faire pivoter indépendamment cette fonction était destinée à donner aux chars les moyens de combattre les avions mitraillés, bien que la vitesse de rotation des coupoles était trop lente pour suivre efficacement les avions d'attaque au sol se déplaçant rapidement.

ww2dbase Une autre caractéristique non conventionnelle avait à voir avec leurs profils hauts à plus de trois mètres, ce qui rendait difficile pour les chars moyens M3 de se positionner en position défensive de défilement de la coque si les armes principales étaient nécessaires dans les positions de défilement de la coque, plus de la moitié des chars auraient besoin être exposé.

ww2dbase Une conception non orthodoxe supplémentaire des chars moyens M3 plaçait le conducteur haut le long de la ligne médiane des chars, ce qui s'écartait de la plupart des chars contemporains où les conducteurs étaient généralement assis hors du centre et beaucoup plus bas. La position plus élevée a donné aux conducteurs de char moyen M3 un meilleur champ de vision, mais au prix d'une grande exposition au feu.

ww2dbase Bien que la conception contienne de nombreuses bizarreries, certaines entraînant des faiblesses potentielles majeures, la conception du char moyen M3 est entrée en production malgré tout en raison d'une demande urgente.

ww2dbase De l'autre côté de l'océan Atlantique, les Britanniques s'étaient déjà engagés dans la guerre et se tournaient vers les États-Unis pour leur capacité de production. Les Américains ont refusé de rééquiper leurs usines pour produire des chars britanniques et, par conséquent, les Britanniques ont passé des commandes pour les chars moyens M3. Certaines des exportations britanniques avaient des tourelles différentes, qui ont vu la suppression des coupoles des mitrailleuses afin de fournir un profil légèrement inférieur. L'armée britannique a différencié les deux variantes en désignant le design original M3 Lee et le design modifié M3 Grant.

ww2dbase Les premiers chars moyens M3 à entrer en action ont été combattus sous la bannière britannique en 1942 en Afrique du Nord. Les équipages de chars moyens américains et britanniques M3 considéraient les chars comme des machines fiables avec une protection de blindage adéquate, mais la grande silhouette couplée au positionnement bas des canons principaux signifiait que, lorsqu'ils étaient enfouis comme des canons défensifs, ils étaient communément appelés « coque vers le bas ». En position 34, les chars moyens M3 bénéficiaient de peu de protection contre les sacs de sable ou la terre.

ww2dbase Plus de 1 300 chars moyens M3 à moteur diesel des variantes M3A3 et M3A5 ont été envoyés en Russie entre 1942 et 1943 dans le cadre du programme de prêt-bail. Il s'agissait tous de la variante à coupole, ou de ce que les Britanniques appelleraient des chars moyens M3 Lee. Ils étaient considérés comme inférieurs par leurs équipages russes car ils étaient généralement surclassés par leurs homologues allemands.

ww2dbase Production de chars moyens M3, août 1941-décembre 1942

FabricantM3M3A1M3A2M3A3M3A4M3A5Le total
Compagnie américaine de locomotives3853000000685
Travaux de locomotive Baldwin29501232205911220
Chrysler Detroit Tank Arsenal324300010903352
Compagnie de voitures en acier embouti50100000501
Pullman Standard Manufacturing Company50000000500
Le total4924300123221095916258

ww2dbase Avec la disponibilité des chars moyens M4 Sherman, les chars moyens M3 ont été progressivement retirés du service. La production des chars moyens M3 a cessé en décembre 1942 à cette époque, 6 258 d'entre eux ont été construits. En mai 1943, aucun d'entre eux n'était en service comme char de combat de première ligne en Afrique du Nord, et leur utilisation par les Russes devint également limitée à cette époque. Un très petit nombre a été utilisé au combat par les Américains dans le Pacifique et les forces du Commonwealth britannique en Birmanie et en Inde, où les chars moyens M3 étaient encore supérieurs à leurs homologues japonais.

ww2dbase Sources : M3 Medium Tank contre Panzer III, Wikipedia

Dernière révision majeure : août 2008

24 avril 1941 Le premier char M3 construit à l'usine de chars de Detroit Arsenal dans le Michigan, aux États-Unis, a été livré à l'armée américaine.

M3 (Lee I)

MachinerieMoteur Wright (Continental) R975 EC2 d'une puissance de 400 ch, transmission Synchromesh à 5 vitesses
SuspensionRessort à volute verticale
Armement1 canon M2/M3 de 75 mm en sponson (46 coups), 1 canon M5/M6 de 37 mm en tourelle (178 coups), 4 mitrailleuses Browning M1919A4 de 0.30cal
Armure51 mm à l'avant, 38 mm à l'arrière, 38 mm à l'arrière, 13 mm en haut de la coque, 13 mm en bas, 51 mm à l'avant/aux côtés de la tourelle, 22 mm en haut de la tourelle
Équipage7
Longueur6,12 mètres
Largeur2,72 m
Hauteur3,12 mètres
Poids26,0 tonnes
La vitesse40 km/h
Varier193 km

M3 (Subvention I)

MachinerieMoteur Wright (Continental) R975 EC2 d'une puissance de 400 ch, transmission Synchromesh à 5 vitesses
SuspensionRessort à volute verticale
Armement1 canon M2/M3 de 75 mm en sponson (46 coups), 1 canon M5/M6 de 37 mm en tourelle (178 coups), 4 mitrailleuses Browning M1919A4 de 0.30cal
Armure51 mm à l'avant, 38 mm à l'arrière, 38 mm à l'arrière, 13 mm en haut de la coque, 13 mm en bas, 51 mm à l'avant/aux côtés de la tourelle, 22 mm en haut de la tourelle
Équipage6
Longueur6,12 mètres
Largeur2,72 m
Hauteur3,12 mètres
Poids28,0 tonnes
La vitesse40 km/h
Varier177 km

M3A5 (Subvention II)

MachinerieMoteurs diesel jumelés GM 6-71
SuspensionRessort à volute verticale
Armement1 canon M2/M3 de 75 mm en sponson (46 coups), 1 canon M5/M6 de 37 mm en tourelle (178 coups), 4 mitrailleuses Browning M1919A4 de 0.30cal
Armure51 mm à l'avant, 38 mm à l'arrière, 38 mm à l'arrière, 13 mm en haut de la coque, 13 mm en bas, 51 mm à l'avant/aux côtés de la tourelle, 22 mm en haut de la tourelle
Équipage7
Longueur6,12 mètres
Largeur2,72 m
Hauteur3,12 mètres
Poids27,0 t
La vitesse40 km/h
Varier193 km

Avez-vous apprécié cet article ou trouvé cet article utile? Si tel est le cas, pensez à nous soutenir sur Patreon. Même 1 $ par mois ira loin ! Merci.

Partagez cet article avec vos amis:

Commentaires soumis par les visiteurs

1. Anonyme dit :
25 juin 2010 08:56:25

Les tourelles secondaires de ces chars sont plutôt étranges pour un char de cette époque. Quelqu'un a-t-il des statistiques sur leur efficacité?

2. Bill dit :
10 déc. 2010 18:15:00

Le M3 était une version modifiée du M2 le 37mm dans la tourelle a été retenu, mais un nouveau
Le canon de 75 mm était monté dans un sponson sur le
côté droit de la coque, le mitrailleur avait une traversée limitée parfois le char lui-même
devait être pointé sur la cible.

Le véhicule avait un équipage de quatre personnes et transportait
1 canon M5 de 37 mm dans la tourelle avec 178 cartouches 1 mitrailleuse de 7,62 mm coaxiale au 37 mm.
Mitrailleuse 1x7.62 mm dans la coupole supérieure, les deux tourelles pouvaient pivoter à 360 degrés.
Certains modèles portaient des mitrailleuses fixes de 2x7.62 mm dans la coque, un total de 9 200 cartouches pour les mitrailleuses ont été transportées.

Le canon principal était un M2 de 75 mm avec 50 cartouches et avait une course de 30 degrés. The running gear of the M3 Lee became the basis for many other vehicles including the M4 Sherman in modified form.

"SHE'S A GOOD TANK, AND I'M GOIN TO RIDE HER ALL THE WAY TO BERLIN"

The M3 was powered by a Wright-Continental
9-cylinder air-cooled radial engine.
If you get a chance to watch the 1943 Humphrey Bogart movie 'Sahara", you can see this beast in action.

Another version of "Sahara"was made in 1995 with Jim Belushi, and kept much the orginal dialogue of the 1943 Bogart movie, both are
available on DVD.

The nickname "Lee" was never used by US troops, it was the British that named the
two versions Lee/Grant

3. Bill dit :
11 Dec 2010 11:53:25 AM

The M3 Lee/Grant was an interim design and inferior to battle tanks appearing from 1943 ownward.
The M3 was a stop-gap solution until the
arrival of the M4 Sherman, the Lee had its flaws its profile was over 10 feet in height
and had a riveted hull.

First produced in 1940 the first production run was 4,924 vehicles begining in the middle of 1941. A second production of 1,334
vehicles were sent to the British.

The later M3A2 was powered by twin-engine GM
diesel and 334 were built.
The M4 was powered by a Chrysler A-57 Multi- bank engine, combined five engines! it was a mechanic's nightmare.
The M5 was powered by a GM Twin-Diesel engine and 591 were built.

Other versions were the M31 Tank Recovery Vehicle, the M33 Prime mover for Artillery and the M7, 105mm Howitzer Motor Carriage.
Total production of all types was 6,258 vehicles.

Operators:
USSR
Grande-Bretagne
US Army
And other Allied Nations during WWII

It was the British that named US Tanks after American Civil War Generals.
M3 Lee/Grant, M3/M5 Stuart, and M4 Sherman

Today you can see a M3 Lee/Grant at the
Aberdeen Proving Ground, US Army Ordnance
Museum, Maryland USA

4. Anonyme dit :
5 Aug 2011 12:32:47 AM

The British loved these when they received them in North Africa, as they were twice as fast as any of their own tanks already in service there, and the 75mm gun was the first that could actually penetrate German tank armor. Most British tanks had 2-pounder guns as their main armament. However it wasn't long before they discovered the problem that all American tanks had - thin armor and highly flammable when hit. They also grew to dislike the 75mm being on the side, because they had to aim the entire tank at an enemy, but the gun was too heavy for the Grant's turret.

Tous les commentaires soumis par les visiteurs sont des opinions de ceux qui les soumettent et ne reflètent pas les vues de WW2DB.


History of Tanks - Medium Tank M3

The Medium Tank M3, more commonly known as the M3 Lee or M3 Grant, was an American-made medium tank that was prominent in the US and British military.

Part of the M3&rsquos success was thanks to the United Kingdom&rsquos demand for 3,650 medium tanks, with most of these units supplied through the United States Lend-Lease Act (which was set up to aid US allies).

Named after an American general, the M3 Lee is the US version of the Medium Tank M3, which features a slightly higher turret than its British cousin.

The Medium Tank M3 actually came in two distinct styles, the &ldquoLee&rdquo and the &ldquoGrant&rdquo. The M3 Lee was named after Confederate General Robert E. Lee and refers to the American version of the tank, while the Grant is named after US General Ulysses S. Grant and refers to the British version.

The British version of the M3, the Grant, is also named after an American general, but features a slightly lower turret and can mount the 6-pdr gun.

As the US entered World War II, their armor was at a significant disadvantage, as Germany was utilizing the highly powerful Panzer III and Panzer IV tanks. In fact, the Panzer IV was one of the tanks Dumitru (the man behind the Epic Medal, Dumitru's Medal, is named after) fought in during the war.

Not only were the US up against superior armor, but they also had an extremely limited supply of tanks (around 400 units), primarily comprised of M2 Light Tanks. The 32mm frontal armor of the M2 Mediums and their 37mm guns proved woefully inefficient against the German tanks.

In an attempt to propel their armored division forward, the US ordered a new medium tank armed with a 75 mm gun in a turret. This would eventually become the legendary M4 Sherman, which would see its combat debut fighting for the British at El Alamein. Similar to real-life events, the M3 Lee leads directly to the M4 Sherman in World of Tanks &mdashoften considered to be one of the best USA tank lines.

With production of the new M4 Sherman underway, the US army needed a short-term solution that utilized the 75 mm gun. The design of this new tank would incorporate the main gun mounted in an offset position, which would limit its traverse. The reason behind this odd design was due to the American manufacturing plants not having the capacity to create a turret large enough to house the bulky 75 mm armament.

The 75 mm gun on the Lee and Grant do not offer great accuracy, but they make up for this with a faster rate of fire.

Both the in-game versions of the Medium Tank M3 offer a minimum of two types of 75 mm guns, with the Grant offering a third option, the ubiquitous QF 6-pdr. While these guns are acceptable at-tier, they struggle when facing higher opponents thanks to their poor accuracy and non-traversing turret.

Though not entirely pleased with the final product, the British placed their orders of the M3 tanks. Their original request had been for their Matilda II to be produced in American factories, but the US denied the order. Unfortunately for the British, most of their equipment was left on the beaches near Dunkirk, severely limiting their armor.

Though the British were using M4 Shermans in the Second Battle of Al Alamein, there was still a regiment using the now-outdated M3 Lee during the North Africa battle.

Due to the British using a different turret &mdash one with the radio &mdash they required one less crew member in the tank. This turret was also slightly lower in profile than the American Lee version. This effect is evident in World of Tanks, as the Grant has superior survivability when compared to the Lee thanks to its smaller silhouette.

The M3s first saw action in World War II in 1942, which came as a huge surprise to the Germans, who were not expecting the firepower of the 75 mm guns. Luckily for the Allied side, the 75 mm could engage with the Panzer III units outside of their effective range. Another boon for the British and American forces was the M3 tanks were vastly superior to the Fiat M13/40s of the Italian army &mdashthe type of tank manned by Italian war hero Luigi Pascucci, who wound up sacrificing himself to save his men.

However, as the war continued, the M3 was quickly outclassed by the M4 Sherman from the US, and struggled to face some of Germany&rsquos more powerful tanks such as the Panzer IV and the Panther. While it was withdrawn from combat, players are still able to enjoy the oddly designed M3 Lee and Grant in World of Tanks.


The Grant Medium Tank M3

The Grant Medium Tank M3 was an American tank used during World War II. In Britain the tank was called by two names based on the turret configuration. Tanks employing US pattern turrets were called the “Lee”, named after Confederate General Robert E. Lee. Variants using British pattern turrets were known as “Grant”, named after U.S. General Ulysses S. Grant.

Design commenced in July 1940 and the first M3s were operational in late 1941. The U.S. Army needed a good tank and coupled with the United Kingdom’s demand for 3,650 medium tanks immediately, the Lee began production by late 1940. The design was a compromise meant to produce a tank as soon as possible.

The M3 had considerable firepower as it was well armed and provided good protection, but had certain serious drawbacks in its general design and shape, such as: a high silhouette, an archaic sponson mounting of the main gun, riveted construction, and poor off-road performance.

Its overall performance was not satisfactory and the tank was withdrawn from front line duty (except in the remote areas of the Asian Theater by British forces as late as mid – 1944 or later) as soon as the M4 Sherman became available in large numbers.

In 1939 the U.S. Army possessed approximately 400 tanks, mostly M2 Light Tanks, with less than a hundred of the discontinued M2 Medium Tanks. The U.S. funded tank development poorly during the interwar years, and had no infrastructure for production, little experience in design, and poor doctrine to guide design efforts.

The M2 medium tank was typical of armoured fighting vehicles (AFVs) many nations produced in 1939. When the U.S. entered the war, the M2 design was already obsolete with a 37mm gun, 32mm frontal armour, excessive machine gun secondary armament and a very high silhouette.

The Panzer III and Panzer IV’s success in the French campaign led the U.S. Army to order immediately a new medium tank armed with a 75mm gun in a turret. This would be the M4 Sherman. Until the Sherman reached production, an interim design with a 75mm gun was urgently needed.

The M3 was the solution. The design was unusual because the main weapon – a larger caliber, low-velocity 75mm gun – was in an offset sponson mounted in the hull with limited traverse. (The sponson mount was necessary because at the time American tank plants were incapable of casting a turret big enough to hold the 75mm main gun). A small turret with a lighter, high-velocity 37mm gun sat on the tall hull. A small cupola on top of the turret held a machine gun.

The use of two main guns was seen on the French Char B, the Soviet T-35, and the Mark I version of the British Churchill tank. In each case, two weapons were mounted to give the tanks adequate capability in firing both anti-personnel high explosive ammunition and armour-piercing ammunition for anti-tank combat.

The M3 differed slightly from this pattern having a main gun which could fire an armour-piercing projectile at a velocity high enough for efficiently piercing armour, as well as deliver a high-explosive shell that was large enough to be effective. Using a hull mounted gun, the M3 design could be produced faster than a tank featuring a turreted gun. It was understood that the M3 design was flawed, but Britain urgently needed tanks.

The M3 was tall and roomy: the power transmission ran through the crew compartment under the turret cage to the gearbox driving the front sprockets. Steering was by differential braking, with a turning circle of 37ft.

The vertical volute suspension units included a return roller made with self-contained and readily replaced units bolted to the chassis. The turret was power-traversed by an electro-hydraulic system in the form of an electric motor providing the pressure for the hydraulic motor. This fully rotated the turret in 15 seconds. Control was from a spade grip on the gun. The same motor provided pressure for the gun stabilising system.

The 75mm was operated by a gunner and a loader. Sighting the 75mm gun used an M1 periscope – with an integral telescope – on the top of the sponson. The periscope rotated with the gun. The sight was marked from zero to 3,000 yds with vertical markings to aid deflection shooting at a moving target. The gunner laid the gun on target through geared hand-wheels for traverse and elevation.

The Grant M3

The 37mm was aimed through the M2 periscope, though this was mounted in the mantlet to the side of the gun. It also sighted the coaxial machine gun. Two range scales were provided: 0-1,500 yd for the 37mm and 0-1,000 yd for the machine gun.

Though not at war, the U.S. was willing to produce, sell and ship armoured vehicles to Britain. The British had requested that their Matilda and Crusader tank designs be made by American factories, but this request was declined. With much of their equipment left on the beaches near Dunkirk, the equipment needs of the British were acute.

Though not entirely satisfied with the design, they ordered the M3 in large numbers. British experts had viewed the mock-up in 1940 and identified features which they considered flaws – the high profile, the hull mounted main gun, the lack of a radio in the turret (though the tank did have a radio down in the hull), the riveted armour plating (whose rivets tended to pop off inside the interior in a deadly ricochet when the tank was hit by a non-penetrating round), the smooth track design, insufficient armour plating and lack of splash-proofing of the joints.

The British desired modifications for the tank they were purchasing, including the turret being cast rather than riveted. A bustle was to be made at the back of the turret to house the Wireless Set No. 19 radio. The tank was to be given thicker armour plate than the original U.S. design, and the machine gun cupola was to be replaced with a simple hatch. With these modifications accepted the British ordered 1,250 M3s.

The order was subsequently increased with the expectation that when the M4 Sherman was available it could replace part of the order. Contracts were arranged with three U.S. companies. The total cost of the order was approximately 240 million US dollars. This equaled the sum of all British funds in the US. It took the Lend-Lease act to solve the United Kingdom’s shortfall.

The prototype was completed in March 1941 and production models followed with the first British specification tanks produced in July. Both U.S. and British tanks had thicker armour than first planned. The British design required one fewer crew member than the US version due to the radio in the turret.

The U.S. eventually eliminated the full-time radio operator, assigning the task to the driver. After extensive losses in Africa and Greece the British realised that to meet their needs for tanks both the Lee and the Grant types would need to be accepted.

The U.S. military used the “M” (Model) letter to designate nearly all of their equipment. When the British Army received their new M3 medium tanks from the US, confusion immediately set in as the M3 medium tank and the M3 light tank were identically named.

The British Army began naming their American tanks after American military figures, although the U.S. Army never used those terms until after the war. M3 tanks with the cast turret and radio setup received the name “General Grant”, while the original M3’s were called “General Lee”, or more usually just “Grant” and “Lee”. The M3 brought much-needed firepower to British forces in the North African desert campaign.

The chassis and running gear of the M3 design was adapted by the Canadians for their Ram tank. The hull of the M3 was also used for self-propelled artillery and recovery vehicles.

North African theatre

Of the 6,258 M3s produced by the U.S., 2,855 M3s were supplied to the British Army, and about 1,386 to the Soviet Union. The American M3 medium tank’s first action during the war was in 1942, during the North African Campaign. British Lees and Grants were in action against Rommel’s forces at the Battle of Gazala on 27 May that year.

Their appearance was a surprise to the Germans, who were unprepared for the M3s 75mm gun. They soon discovered the M3 could engage them beyond the effective range of their 5cm Pak 38 anti-tank gun, and the 5 cm KwK 39 of the Panzer III, their main medium tank.

The M3 was also vastly superior to the Fiat M13/40 and M14/41 tanks employed by the Italian troops, whose 47mm gun was effective only at point blank range, while only the few Semoventi da 75/18 self-propelled guns were able to destroy it using HEAT rounds. Grants and Lees served with the British in North Africa until the end of the campaign.

Following Operation Torch (the invasion of French North Africa), the U.S. also fought in North Africa using the M3 Lee. The U.S. 1st Armoured Division had given up their new M4 Shermans to the British prior to the Second Battle of El Alamein. Subsequently, a regiment of the division was still using the M3 Lee when they arrived to fight in North Africa.

The M3 was generally appreciated during the North African campaign for its mechanical reliability, good armoured protection and heavy firepower.

In all three areas, the M3 was able to engage German tanks and towed anti-tank guns. Yet the tall silhouette and low, hull mounted 75mm were tactical drawbacks, since they prevented fighting from a hull down firing position. The use of riveted hull superstructure armour on the early versions led to spalling, where the impact of enemy shells caused the rivets to break off and become projectiles inside the tank.

Later models were built with all welded armour to eliminate this problem. These lessons were applied to the design and production of the M4. The M3 was replaced by the M4 Sherman as soon as the M4 was available, though several M3s saw limited action in the battle for Normandy as armoured recovery vehicles their armament replaced with dummy guns.


Voir la vidéo: Tir canon 100 mm sur le DESTROYER DE (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Abdul-Halim

    Excellente phrase et c'est dûment

  2. Nagis

    Et que, si à nous de regarder cette question d'un autre point de vue ?

  3. Ceolwulf

    super:))))

  4. Sadiki

    Je ne peux pas participer maintenant à la discussion - c'est très occupé. Très bientôt, j'exprimerai nécessairement l'opinion.



Écrire un message