Livres

Entretien avec l'auteur Jayden Woods - 29 août 2010

Entretien avec l'auteur Jayden Woods - 29 août 2010


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


La semaine dernière, nous avons examiné un livre intitulé «Eadric the Grasper: Sons of Mercia Vol. JE". J'ai eu le plaisir d'interviewer l'auteur Jayden Woods à propos de son prochain livre, de ses antécédents et de ses futurs romans.

Jayden est diplômé du programme Writing for Screen and Television de l’Université de Californie du Sud et a vécu à Los Angeles pendant cinq ans avant de décider de quitter Hollywood et de devenir auteur.

«Eadric le Grasper» est son premier livre dans l'Angleterre tumultueuse du XIe siècle. C’est un roman de fiction historique au rythme effréné basé sur la vie d’Eadric Streona, souvent considéré comme l’un des pires méchants de l’histoire anglaise. Ce livre raconte une autre facette de son histoire. Il sortira sur Amazon.com le 5 octobre.

Pour plus d'informations sur Jayden Woods et son travail, veuillez visiter son site Web: http://www.jaydenwoods.com/

1.) Vous êtes diplômé de l'USC en écriture sur écran et télévision; Qu'est-ce qui vous a poussé à quitter cette carrière et à écrire des romans? Avez-vous été déçu par la «scène» hollywoodienne?

Avant de poursuivre mes études d'écriture pour l'écran et la télévision, j'écrivais déjà des romans. Mais j'ai aussi essayé des œuvres d'art et de la composition musicale. Je voulais combiner toutes mes compétences et faire vivre mes histoires pleinement à l'écran. Et quelle meilleure façon d'accomplir cela que d'aller dans la meilleure école de cinéma qui soit, l'USC à Los Angeles?

J'ai vécu à Los Angeles pendant cinq ans en tout. J'ai rencontré de nombreuses personnes prospères dans le domaine. J'ai reçu une éducation fantastique. J'ai réalisé des courts métrages, effectué un stage dans une société de production et travaillé comme assistant scénariste sur une émission télévisée aux heures de grande écoute («Numb3rs»). J'ai même été chargé à un moment donné d'écrire un script de long métrage pour une société de production (même s'il ne sera probablement jamais réalisé). Aux yeux de beaucoup de gens, j’étais vraiment sur la voie du succès.

Mais en effet, je suis devenu «désenchanté». J'ai vu que la plupart des scripts à succès ont subi tellement de personnes et de révisions avant la production qu'ils ont souvent été transformés en quelque chose d'autre à la fin. J'ai aussi vu que la plupart des gens qui ont trouvé le succès l'ont fait en consacrant des années et des années de leur vie à des emplois d'assistants misérables et / ou par les réseaux sociaux. Quant à la première tâche, je l'ai trouvée vouée à l'échec. Si je mets toute mon énergie dans un travail médiocre (et je parle d'emplois dans lesquels quelqu'un peut littéralement travailler entre 60 et 80 heures en une semaine), je n'aurais pas le temps ni la passion d'écrire. Quant aux réseaux sociaux, je dois l'avouer, cela n'a jamais été mon point fort. Je suis introverti, pour l'amour de Dieu! Et je ne suis certainement pas le seul artiste à relever ce défi. Mais pour faire une histoire courte, j'avais l'impression que je devais retourner toute ma vie, et même changer de personnalité, pour arriver là où je voulais à Hollywood. Et je n’étais tout simplement pas disposé à le faire.

Je n’ai pas perdu mon rêve de diffuser mes histoires sur grand écran. En fait, je pense maintenant que commencer par publier un livre peut être le meilleur moyen d'y parvenir. Les livres populaires sont un produit «sûr» dans lequel les studios peuvent investir, et l'œuvre originale de l'écrivain est garantie de respect, car elle a déjà une base de fans. Mais même si ça n'arrive jamais à ça, je suis si heureuse d'écrire des romans et de les partager bientôt avec le monde.

2.) Qu'est-ce qui vous intéresse dans cette période particulière du Moyen Âge? Allez-vous vous étendre dans d'autres domaines du Moyen Âge pour de futurs livres?

Ce qui m'a intrigué au début du Moyen Âge, ou âge sombre, c'est qu'on en sait si peu sur eux. En tant qu'artiste, cela m'a permis d'entrer dans le genre de la fiction historique et d'apporter mon imagination quelque peu effrénée avec moi. Pendant l'ère viking en particulier, les Vikings ont brûlé des objets de valeur et des manuscrits à gauche et à droite, des objets qui autrement auraient pu préserver l'histoire. Cela reste donc un moment particulièrement mystérieux. Je voulais pouvoir utiliser des faits connus comme base de l'intrigue, mais avoir encore assez de liberté pour créer ma propre histoire. Ainsi, le premier livre commence en 1002, et les deux livres suivants suivent deux générations suivantes, se terminant quelques années après la conquête normande.

3.) Qu'est-ce qui vous a attiré dans l'histoire d'Eadric?

Chose intéressante, j'avais déjà une histoire que je voulais écrire bien avant de tomber sur la page wikipedia d'Eadric Streona. Vous pouvez dire que mon inspiration vient de deux sources majeures: l’histoire intrigante d’Eadric Streona et mon amour de longue date pour la version télévisée des années 80 de «The Scarlet Pimpernel». Sir Percy Blakeney était l'un de mes héros d'enfance. Qu'est-ce que cela a à voir avec Eadric Streona? Quand j’ai enfin lu le livre de la baronne Orczy, j’ai été plutôt déçu par la simplicité de certains personnages, mais surtout par l’épouse de Percy, Marguerite. Je voulais écrire une histoire sur un homme avec les compétences et le charme nécessaires pour réaliser tout ce qu'il voulait, même si parfois ce qu'il voulait n'était pas nécessairement «bon». Je voulais aussi qu'il joue avec quelqu'un d'aussi fort, mais dogmatique et honnête à une faute. J'avais déjà rédigé une intrigue légère intégrant des Vikings et des Anglo-Saxons quand j'ai trouvé Eadric Streona, et c'était comme si une lumière brillait du ciel. C'était l'homme sur lequel je devais écrire, et tout le reste s'est mis en place à partir de là.

4.) Eadric a été vilipendé dans des traités historiques; Guillaume de Malmesbury a décrit Eadric comme «le rebut de l'humanité et un reproche aux Anglais»; Qu'est-ce qui vous a poussé à réformer cette vision d'Eadric?

Je suis fasciné par la façon dont la société voit les «héros» et aussi par la raison pour laquelle l’histoire se souvient plus favorablement de certains personnages que d’autres. Pour moi, il semble qu’Eadric ait été vilipendé parce qu’il manquait de ce que l’on pourrait appeler le patriotisme, ou du moins la loyauté envers la lignée d’un seul roi. Il a changé de camp. Il a changé d'avis. Il n’était pas dogmatique. Je trouve cela particulièrement intéressant d'un point de vue moderne, maintenant que l'ouverture d'esprit est plus souvent adoptée. Eadric a certainement tué quelques individus, mais il a également empêché une bataille majeure de se dérouler et a ainsi sauvé des centaines de vies. Ses actions ont finalement réuni l'Angleterre et la Scandinavie sous un seul roi (au moins pendant un petit moment). Devrions-nous donc le vilipender tout en glorifiant les gens qui voulaient que les guerres se poursuivent indéfiniment? Après deux cents ans d'attaques vikings, pourquoi se battaient encore les Anglo-Saxons sinon un roi incompétent? Je ne veux pas faire d’Eadric un héros, car il n’était certainement pas ça. Mais je veux que les gens remettent en question leur définition d'un.

5.) Quelles sources avez-vous utilisées dans votre recherche? Combien de temps a-t-il fallu pour faire des recherches pour ce livre?

Parce qu'Eadric Streona est si souvent décrit comme un homme méprisable, parfois sans explication, j'ai voulu partir des textes sources et partir de là: les Chroniques anglo-saxonnes de Florence de Worcester, les Chroniques des rois d'Angleterre de Guillaume de Malmesbury , etc. J'ai essayé de tirer mes propres conclusions de ces sources (au moins en ce qui concerne les personnages et leurs personnalités) avant de passer à des compositions plus récentes. J'ai ensuite lu de nombreux autres grands textes d'historiens comme Edward Freeman, James Henry Ramsay, James Campbell et d'autres, afin de pouvoir combiner les anciennes connaissances avec les nouvelles. J'ai passé quelques semaines à faire des recherches vigoureuses avant de commencer le livre, et j'ai continué à approfondir mes recherches tout en travaillant.

6.) Quels sont vos projets à venir? Le roman d'Eadric fait partie d'une plus grande série intitulée «Les Fils de Mercie», que pouvons-nous attendre des romans à venir de la série?

Le volume suivant est «Godric the Kingslayer», l’histoire du fils bâtard d’Eadric, Godric. Godric est fictif, mais la plupart des événements du livre ne le sont pas. Canute le Grand est un personnage éminent du tome 2. Godric souhaite tuer le roi Canute et venger la mort de son père - un objectif qui va consumer toute sa vie. Sa quête commence comme une quête juste, mais il se regarde devenir son propre pire ennemi, et finalement il doit changer ses habitudes ou déchirer son propre monde.

Le troisième volume (qui est celui que j'écris maintenant) suit un autre descendant d'Eadric Streona, Edric the Wild. Edric est plus un protagoniste typique: charmant, généreux et plein de bonnes actions. C'est un homme qui inspirera plus tard les contes légendaires de Robin Hood. Il cherche à se soulever contre Guillaume le Conquérant et la prise de contrôle normande - même si sa bataille devient perdante.

Je vois toute la trilogie comme une exploration de ce qui fait un héros, de ce qui fait un méchant et pourquoi nous percevons certains hommes ou femmes comme tels. Chaque fois que j'écris, j'aime transformer le noir et blanc en autant d'autres nuances que possible. Mes méchants ont tendance à avoir de bonnes qualités et de bonnes intentions; mes «héros» ont tendance à être gravement défectueux.

7.) Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre autre série, «The Lost Tales of Mercia» et quand elle sera disponible pour vos lecteurs?

«The Lost Tales of Mercia» sont déjà disponibles pour les lecteurs gratuitement et en ligne. Au moment où j'écris cette interview, huit des dix nouvelles ont déjà été publiées, et les deux dernières le seront au moment de la sortie d'Eadric the Grasper. «The Lost Tales of Mercia» présente des personnages mineurs et majeurs du roman et expose des détails de leur vie qui ne sont pas entièrement révélés dans le livre. Le roman et les nouvelles se complètent fortement, mais j'ai d'abord écrit le livre. Vous pouvez certainement lire «Eadric the Grasper» seul; vous aurez simplement une longueur d’avance sur les autres lecteurs si vous avez lu les histoires perdues. D'un autre côté, vous pouvez finir de lire «Eadric the Grasper» en premier et ensuite souhaiter plonger plus profondément dans la vie de l'un des personnages; les contes perdus vous permettent de le faire.

Les histoires sont disponibles sur mon blog, http://talesofmercia.wordpress.com, et de nombreux autres canaux de distribution de livres électroniques sur le Web. Je prévois également de sortir une version imprimée très prochainement, et les personnes qui préfèrent un livre physique pourront en acheter un sur Amazon. Sinon, profitez-en gratuitement en ligne!

Nous remercions Jayden d'avoir pris le temps de répondre à nos questions ~ Peter & Sandra


Voir la vidéo: Michel Houellebecq 14: La constellation Houellebecq (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Kord

    Tous pas si simplement

  2. Kajigami

    Maintenant, c'est quelque chose comme ça!

  3. Bishr

    Je peux à peine le croire.



Écrire un message