Des articles

Que sait-on des figurines du peuple-lézard d'Ubaid ?

Que sait-on des figurines du peuple-lézard d'Ubaid ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Je trouve les figurines du peuple-lézard d'Ubaid captivantes visuellement. Mais pour des raisons évidentes, il est difficile de rechercher des informations à leur sujet en ligne sans patauger profondément dans les pages d'ordures d'anciens extraterrestres, pour peu de récompense. Jusqu'à présent, j'ai réussi à trouver des photos de plusieurs figurines différentes, qu'elles ont été fouillées à Ur, et qu'elles datent de la période Ubaid, et qu'elles peuvent présenter des preuves de plusieurs variétés de modifications corporelles - bien que je ne sache pas comment solide ce dernier est.

Que savons-nous d'autre de ces chiffres étranges et saisissants ? Existe-t-il des théories sur leurs origines et leur importance dans l'art ou la croyance religieuse mésopotamienne ? Sont-ils majoritairement des femmes, comme cela semble être sur les photos, et que portent-elles et tiennent-elles ?


Il existe de nombreuses théories et interprétations, mais relativement peu de preuves pour étayer la plupart d'entre elles. Bien sûr, il n'y a pas de sources écrites de la période Ubaid pour les soutenir.

Vous avez tout à fait raison de dire qu'il n'y a pas eu beaucoup de documents publiés sur le sujet. Cependant, un bon article relativement récent (2006) sur le sujet est Un serpent dans l'herbe. Réévaluer les figurines ophidiennes toujours intrigantes par Aurelie Daems dans Beyond the Ubaid: Transformation and Integration in the Late Prehistoric Societies of the Middle East, édité par Robert A Carter & Graham Philip, pp 149-161, (publié par l'Oriental Institute de l'Université de Chicago, et actuellement disponible sous forme de fichier pdf sur leur site Web).

Ce volume contient également d'autres articles qui pourraient vous intéresser, dont un sur la mise en forme de la tête d'Ubaid, qui est particulièrement pertinent pour ces figurines.


Celui que vous avez en bas à gauche (et en haut à droite) est interprété comme tenant / allaitant un bébé. Une figure similaire, dans ce cas manquant la tête, peut être vue dans cet exemple du British Museum :

  • Source de l'image British Museum (CC BY-NC-SA 4.0)

Les personnages semblent généralement nus. Les marques sur les corps peuvent indiquer des tatouages ​​ou des scarifications rituelles, ou une combinaison des deux (ou tout autre chose).


Nous avons des figures représentant à la fois des hommes et des femmes, mais le dimorphisme sexuel est moins évident dans les figures de la période Ubaid (contrairement aux figures des périodes antérieures). Vous avez une silhouette masculine en bas à droite de votre photo.

Les figurines Ubaid ont tendance à montrer des figures masculines et féminines avec des proportions similaires, et plutôt que d'insister sur les différences entre les sexes, elles ont tendance à mettre l'accent sur les formes d'ornementation corporelle (en supposant que les marques représentent en fait des tatouages ​​ou des scarifications rituelles), et la déformation crânienne commune à les deux.


Nous semblons être sur un terrain beaucoup plus sûr lorsqu'il s'agit d'expliquer la forme des têtes des figurines.

Ceux-ci représentent presque certainement des crânes qui étaient liés dans l'enfance pour modifier délibérément la forme (une pratique connue de nombreuses autres cultures, et qui est encore pratiquée au Vanuatu, par exemple). Nous avons de bonnes preuves ostéologiques de la pratique à partir de restes humains exhumés de l'époque.


La pratique de la déformation crânienne intentionnelle en liant le crâne dans la petite enfance est fortement étayée par des preuves squelettiques provenant d'un certain nombre de sites du cinquième millénaire dans la région. Ces sites comprennent

  • Değirmentepe (Özbek, 2003)
  • Arpachiyah (Molleson et Campbell, 1995)

De plus, nous pouvons avoir des preuves d'Eridu (Lorentz 2010, p128), bien que cela soit un peu moins certain en raison de la nature fragmentaire des restes.

Ces exemples, illustrant la déformation crânienne, ont été fouillés à Şeyh Höyük, et sont aujourd'hui dans la collection du musée d'Ankara :

  • Figure 9.3 dans Kirsi O. Lorentz : Ubaid Headshaping : Négociations d'identité par l'apparence physique Publié dans Au-delà de l'Ubaid : transformation et intégration dans les sociétés préhistoriques tardives du Moyen-Orient, cité plus haut

Par souci de concision, je ne mentionnerai ici que deux études :

L'étude d'Özbek en 2003 sur les restes squelettiques de 31 individus à Değirmentepe, qui a fourni des preuves solides d'une déformation crânienne artificielle, probablement obtenue en liant le crâne dans la petite enfance.

L'étude d'Özbal, également en 2003, a révélé 13 squelettes montrant des signes de déformation crânienne délibérée. Dans ce cas, la pratique a été observée dans toutes les tranches d'âge de l'échantillon. La preuve suggérait fortement que la déformation requise était obtenue en attachant la tête avec des bandages. Cela a provoqué un aplatissement ou une compression de l'os frontal du crâne. (Özbal 2003).

(Je recommanderais également fortement l'article de Molleson & Campbell, bien que je devrais déclarer un intérêt puisque Theya Molleson était mon tuteur lorsque j'ai étudié l'ostéologie humaine dans le cadre de mon master en archéologie)


En outre, vous pourriez trouver intéressante la thèse de doctorat de 2011, The Social Life of Human Remains: Burial rites and the accumulation of capital during the transition from Neolithic to urban society in the Near East par Gareth David Brereton de l'UCL. Il mentionne ces figurines et d'autres de l'époque, ainsi que les preuves des sépultures évoquées ci-dessus.


Sources

Bien qu'écrit en 1968, le livre de Peter Ucko Figurines anthropomorphes de l'Egypte prédynastique et de la Crète néolithique avec du matériel comparatif du Proche-Orient préhistorique et de la Grèce continentale. (Royal Anthropological Institute Occasional Paper No. 24) reste l'un des textes standard pour ce sujet, bien que les figurines Ubaid ne forment qu'une petite partie de l'étude. Je ne suis pas au courant d'exemplaires disponibles en ligne cependant.

Les sources suivantes sont beaucoup plus à jour.

  • Deams, A et K. Croucher : Modification crânienne artificielle dans l'Iran préhistorique : Preuve de Crania et de figurines. Iranica Antiqua 42, 2007, pp 1-21.

  • Lorentz, K. O : Ubaid Headshaping : Négociations d'identité par l'apparence physique ? Dans R. A. Carter et G. Philip (éd.), Beyond the Ubaid. Transformation and Integration in the Late Prehistoric Societies of the Near East, The Oriental Institute of the University of Chicago, 2010, pp 124-148.

  • Molleson, T. et S, Campbell : crânes déformés à Arpachiyah : le contexte social. Dans S. Campbell et A. Green (éd.), The Archaeology of Death in the Ancient Near East, 1995, pp 45-55. Oxbow Monographies 51. Oxford.

  • Özbal, R: Tell Kurdu'nda Mikro Arkeolojik Çalişmalar, 2003

  • Özbek, M: 2001. Cranial Deformation in a Subadult Sample From Deĝirmentepe (Chalcolithic, Turkey), American Journal of Physical Anthropology, Volume 115, Numéro 3, Juillet 2001, pp 238-244


Je ne peux pas ajouter grand-chose à l'excellente réponse de sempaiscuba, sauf pour mentionner une interprétation/hypothèse intéressante - enfin, intéressante pour ce profane de toute façon :

Le livre de Stephen Oppenheimer Eden à l'Est (1998, pp76-7) suggèrent que les chiffres représentent des Austronésiens en visite d'une île d'Asie du Sud-Est. Les marques sur les figures pourraient représenter des tatouages ​​et des scarifications, tous deux bien connus dans cette région (bien que la scarification ait une distribution plus limitée que les tatouages).

Si les figurines ont été fabriquées par des habitants essayant de représenter des étrangers à l'allure exotique, plutôt que par les visiteurs eux-mêmes, les yeux bridés et autres bizarreries faciales pourraient être une tentative de caractéristiques asiatiques.

Bien que cette interprétation puisse sembler farfelue, les Austronésiens - les ancêtres des Polynésiens entre autres - étaient des marins étonnants. Leurs langues l'ont fait jusqu'à Madagascar (!), qui est plus difficile à atteindre depuis l'Asie du Sud-Est que le golfe Persique. Si vous naviguiez le long de la côte de l'océan Indien, vous toucheriez le golfe bien avant de descendre la côte est de l'Afrique jusqu'à Madagascar. L'autre moyen d'atteindre Madagascar est de traverser l'océan au hasard dans l'espoir de trouver quelque chose, ce que les futurs Polynésiens finiront certes par apprendre à faire, mais semble moins probable/sensible au début de la période où les figurines se trouvent.

Il y a aussi pas mal de mystère autour des origines des Sumériens. Leur langue est un isolat, sans rapport avec aucune des langues locales ni aucune famille linguistique que nous pouvons trouver. Ils peuvent avoir migré vers la région d'ailleurs.

Soit dit en passant - si je peux me permettre une opinion personnelle - les perruques de bitume noir sur ces figurines me font m'interroger sur ce nom mystérieux que les Sumériens s'appelaient eux-mêmes, le "Peuple à tête noire"...

En tout cas, cela a plus de sens que les gens lézard.

(Mes sources pour les déclarations sur les Austronésiens et Sumer sont, euh, Wikipedia et divers livres d'histoire populaires, car ils semblent généralement bien acceptés; voir ici pour Sumer - https://en.wikipedia.org/wiki/Sumer Pour des hypothèses spécifiques sur l'origine des Sumériens, il faudrait voir les auteurs individuels.)

Notez qu'Oppenheimer ne consacre qu'environ une page aux figurines dans un livre de 560 pages, dans le cadre d'un argument beaucoup plus large sur la préhistoire de l'Asie du Sud-Est. Une grande partie de son argumentation concerne le sous-continent noyé du plateau de la Sonde, qui peut sembler dangereusement proche de la folie d'Atlantis. Mais c'est un bon universitaire qui a une opinion minoritaire/non-conformiste similaire à celle de Solheim : que les Austronésiens sont à l'ISEA depuis bien plus longtemps que ne le croit l'orthodoxie, que leur patrie a peut-être été le véritable « berceau de la civilisation », et qu'ils se sont peut-être dispersés dans toutes les directions lorsque leur patrie a été inondée en raison de l'élévation du niveau de la mer, contactant ainsi de nombreuses autres régions à l'est et à l'ouest. Son livre est un peu sec et dense mais vaut la peine d'être recherché pour les idées fascinantes qu'il contient, en particulier la section sur la mythologie, même si vous n'êtes pas d'accord avec les preuves et les conclusions.


Voir la vidéo: Découverte d un bébé vélociraptor reptilien lézard mort dans un jeux de dollarama! (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Maudal

    Je joins. Il en va de même. Nous pouvons communiquer sur ce thème.

  2. Germian

    Vous n'êtes pas correcte. Discutons-en. Écrivez-moi dans PM.

  3. Carl

    Vous avez tort. Écrivez-moi dans PM.

  4. Kaidan

    la Réponse, signe de l'esprit)

  5. Cleveland

    Matériel pour cinq plus. Mais il y a aussi un moins! J'ai une vitesse Internet de 56 Ko / s. La page a mis environ 40 secondes à charger.



Écrire un message