Des articles

CVE-116 U.S.S. Détroit de Badoeng - Histoire

CVE-116 U.S.S. Détroit de Badoeng - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Détroit de Badoeng

(CV~116 : dp. 10 330 ; 1. 557'1", né 105'2" - dr. 30'8" s.
19,1 k. ; cpl. 1072 ; une. 2 5"; cl. Baie des départs

La baie de San Alberto a été rebaptisée détroit de Badoeng en novembre 1943, lancée le 15 février 1945 par Todd-Pacific Shipyards, Inc., Tacoma, Washington; parrainé par Mme T. EI. Binford, épouse du capitaine Binford ; commandé le 14 novembre 1945, capitaine R. H Turner aux commandes, et rapporté à la Flotte du Pacifique.

Badoeng Strait a opéré à partir de San Diego jusqu'en mars 1946. Quand elle a fait un. Une croisière vers les îles hawaïennes. Le 20 avril 1946, elle est mise hors service. Le navire a été remis en service le 6 janvier 1947

Entre février 1947 et juin 195 0 le détroit de Badoeng a opéré dans le Pacifique, testant de nouveaux équipements de guerre anti-sous-marine, formant son personnel et participant à de nombreux exercices de guerre anti-sous-marine. À divers intervalles, il a servi de navire amiral des divisions de porte-avions 17 et 15.

De juillet 1950 à février 1953, le détroit de Badoeng a effectué trois tournées en Corée (29 juillet 1950-23 janvier 1951, 2 octobre 1951-14 février 1952 et 6 octobre 1962-11 février 1953), en tant qu'unité de la TF 95 et 77. Au cours ces tours elle a opéré sur le devoir de guerre anti-sous-marine et en tant que partie de la force d'escorte de blocus. Son avion a fourni un soutien au sol rapproché inestimable au début de l'action, en particulier pendant la défense du périmètre de Pusan ​​(6 août-12 septembre 1950), l'atterrissage d'Inchon (15 septembre) et l'évacuation de Hungnam (9-24 décembre 1950) .

Depuis 1953, le navire a subi une modernisation (1er avril-15 mars 1953); poursuite des travaux expérimentaux approfondis dans la lutte anti-sous-marine avec de nouveaux avions et hélicoptères de la marine ; participé à divers exercices d'entraînement de la flotte du Pacifique; et effectué des exercices approfondis avec des hélicoptères d'assaut de la Marine. Elle a également effectué une autre tournée en Extrême-Orient et a participé à l'opération Redwing dans le Pacific Proving Grounds de février à juillet 1956.

Le 14 janvier 1957, le détroit de Badoeng a navigué pour Bremerton, Washington, pour inactivation. Elle est sortie de service en réserve le 17 mai 1957

Le détroit de Badoeng a reçu la mention élogieuse de l'unité de la marine et six étoiles de bataille pour ses services au cours de l'action coréenne.


Détroit de l'USS Badoeng (CVE 116)

L'USS BADOENG STRAIT était l'un des porte-avions d'escorte COMMENCEMENT BAY et le premier navire de la Marine nommé d'après le détroit des Indes néerlandaises (aujourd'hui l'Indonésie), entre les îles de Bali et Nusa Besar où une bataille entre des unités navales japonaises et un hollandais -La force américaine a été combattue en février 1942. Le DÉTROIT DE BADOENG a été désarmé le 17 mai 1957, rebaptisé AKV 16 le 7 avril 1959, et finalement vendu pour démolition le 8 mai 1972.

Cette section contient les noms des marins qui ont servi à bord du USS BADOENG STRAIT. Ce n'est pas une liste officielle mais contient les noms des marins qui ont soumis leurs informations.

Livres de croisière sur le détroit de l'USS BADOENG :

Histoire du détroit de l'USS BADOENG :

Le détroit de BADOENG a été posé le 18 août 1944 à Tacoma, Washington, par le Todd-Pacific Shipyards, Inc. lancé le 15 février 1945 parrainé par Mme Thomas H. Binford, épouse du capitaine Thomas H. Binford, qui avait été Commandant de la division de destroyers 58 lors de la bataille du détroit de Badoeng en 1942, il déménage à Portland, en Oregon, où il est achevé par la Commercial Iron Works et mis en service à Portland le 14 novembre 1945, sous le commandement du capitaine Thomas A. Turner, Jr. .

Après s'être équipé comme navire amiral, le BADOENG STRAIT s'est rendu à San Diego pour un entraînement au shakedown et une série régulière de qualifications aériennes et d'essais de catapulte. À la fin du mars 1946, elle a quitté San Diego pour un voyage à Pearl Harbor, en arrivant là le 2 avril. De retour sur la côte ouest le 20, le navire de guerre est temporairement inactif à San Diego.

Le détroit de BADOENG a été réactivé le 6 janvier 1947, commandé par le capitaine Carroll B. Jones. Huit jours plus tard, il a commencé l'entraînement en cours, des évolutions qui comprenaient la qualification des escadrons de bombardiers-torpilleurs, des exercices de guerre anti-sous-marine (ASW) et un problème de bataille au large de San Clemente, en Californie. Après un voyage aller-retour à Pearl Harbor, entre le 11 et le 26 février , le porte-avions d'escorte a mené une formation sur les avions ASW à partir de San Diego jusqu'en juin 1947. À divers intervalles, il a servi de navire amiral pour les divisions porteuses (CarDiv) 17 et 15. BADOENG STRAIT est entré dans le chantier naval de San Francisco pour une révision le 5 juillet et est resté là jusqu'au 11 novembre. Le shakedown et la formation post-réparation ont duré jusqu'en décembre.

Le 5 janvier 1948, le porte-avions d'escorte est mis en route pour une mission de convoyage d'avions dans le Pacifique occidental. À Apra, Guam, le navire de guerre a échangé sa cargaison et ses passagers contre une cargaison similaire et a mis les voiles pour le retour en Californie. Après le long voyage transpacifique, elle est arrivée à San Diego le 10 février. Un voyage en ferry d'avions à destination de Pearl Harbor a eu lieu début avril. Le 24 mai, il est entré dans le chantier naval de Hunters Point, près de San Francisco, pour une révision de trois mois. Le navire de guerre a quitté le chantier naval le 16 juin et a fumé à San Diego. Là, le transporteur d'escorte a effectué un programme normal d'exercices ASW qui a duré de juillet à octobre. Elle passa le reste de l'année au port.

Reprenant les exercices début janvier 1949, le BADOENG STRAIT mena des opérations ASM intensives avec le TBM-3E Avengers du Composite Squadron (VC) 21. Celles-ci durèrent jusqu'au 25 février, date à laquelle le porte-avions d'escorte retourna à San Diego. Le 30 mars, il est entré dans le chantier naval de Puget Sound pour une autre période de chantier avant de retourner à San Diego début juillet. Quelques jours plus tard, le navire de guerre a repris l'entraînement ASM et les exercices de qualification de l'escadron. Elle a également testé de nouveaux équipements et tactiques ASW avec VC-11 et VC-21 jusqu'en septembre. Après un exercice de deux semaines dans les eaux hawaïennes en octobre et une escale à Pearl Harbor, le porte-avions d'escorte est revenu à San Diego le 14 novembre.

Après les vacances, le BADOENG STRAIT a repris les opérations ASW et les qualifications de porte-avions avec le VC-11 et le VC-21 à la mi-janvier 1950. Les opérations locales au départ de San Diego se sont poursuivies pendant tout le printemps jusqu'à ce qu'il s'amarre à Alameda le 16 juin. Là, 223 aspirants du NROTC ont embarqué pour une croisière estivale. Le 25 juin, alors qu'il était en route vers Pearl Harbor, les communistes nord-coréens envahissent la Corée du Sud. Deux jours plus tard, sous les auspices des Nations Unies (ONU), les États-Unis sont intervenus dans le conflit et le détroit de BADOENG a reçu l'ordre de se joindre à cet effort. Après avoir débarqué les aspirants à Pearl, le porte-avions d'escorte a navigué jusqu'à San Diego où il s'est approvisionné en vue de son déploiement dans les eaux coréennes. En cours le 14 juillet, avec l'embarquement du Marine Air Group 33 (MAG-33), le navire de guerre se dirigea vers Kobe, au Japon.

Le 27 juillet, alors qu'il ravitaillait le GUNSTON HALL (LSD 5) près des Mariannes, le DÉTROIT DE BADOENG est entré en collision avec le navire de débarquement du quai. Les dommages se sont avérés minimes, cependant, et elle est arrivée à Kobe pour commencer à décharger l'équipement le 31. Au départ de Kobe le 4 août, le porte-avions d'escorte a pris position dans le détroit de Tsushima pour les opérations aériennes. Alors que BADOENG STRAIT récupérait le Marine Fighter Squadron (VMF) 323 le lendemain, l'un de ses Vought F4U-4B Corsair s'est écrasé contre les barrières du poste de pilotage et s'est renversé. Alors que le pilote n'a subi que des blessures mineures, l'avion a dû être largué.

Entre le 6 et le 13 août, des aviateurs de marine ont heurté des ponts, des véhicules et des concentrations de troupes contrôlés par les communistes dans le sud-ouest de la Corée. Les Corsairs ont également effectué des opérations de soutien au sol pour la 1re brigade de marines lors de son offensive de gâchis vers Chinju. Ils ont effectué près de 240 sorties au-dessus de la région, alors que les forces de l'ONU ont réussi à bloquer l'avance nord-coréenne sur le périmètre de Pusan, ne perdant que cinq avions. Quatre des pilotes ont été sauvés mais le cinquième, le capitaine Vivian M. Moses, USMC, a été tué le 11 août lorsque son chasseur s'est écrasé dans une rizière au nord-ouest de Kosong.

Après le ravitaillement et le réarmement à Sasebo, le navire de guerre est retourné aux opérations de vol le 15 août. En compagnie de la SICILE (CVE 118), le DÉTROIT DE BADOENG lance des frappes sur les concentrations de troupes communistes et fournit un appui aérien rapproché à la 1re brigade de marine sur la rivière Naktong jusqu'au 23 août. Détaché pour couvrir le HMS COMUS, un destroyer britannique endommagé par des avions communistes lors d'une patrouille au large de la côte ouest de la Corée, le porte-avions d'escorte a assuré deux jours de patrouille aérienne de combat (CAP) dans la mer Jaune. Elle est revenue au Détroit de Tsushima le 26 et a mené deux jours de plus de frappes aériennes avant de s'amarrer à Sasebo le 29 août.

Le détroit de BADOENG a commencé le 5 septembre, a rendez-vous avec 23 corsaires du VMF-323 cet après-midi-là, et a commencé ses opérations le long de la côte ouest de la Corée le lendemain.

Les attaques contre les ponts, les voies ferrées et les aérodromes de Kunsan à Pyongyang, conçues pour ramollir les forces communistes pour la contre-attaque d'Inchon, ont duré jusqu'au 11, date à laquelle elle est retournée à Sasebo. Deux jours plus tard, le navire de guerre a repris ses opérations de vol, lançant 344 sorties d'appui au sol lors des débarquements amphibies et des opérations ultérieures sur les aérodromes d'Inchon et de Kimpo entre le 14 et le 22 septembre. Le lendemain, il jette l'ancre au large d'Inchon pour se ravitailler et se réarmer.

En mer le 26, le détroit de BADOENG a lancé des frappes en soutien aux opérations de déminage de Séoul et, après la libération de la capitale sud-coréenne le 28, s'est déplacé vers le nord pour pilonner les routes de transport communistes. Ces attaques se sont poursuivies jusqu'au 2 octobre, date à laquelle elle a mis le cap sur Sasebo. Arrivés à ce port deux jours plus tard, le navire de guerre et son équipage ont bénéficié d'un répit de deux semaines. Avec des réparations mineures et un réapprovisionnement terminés le 16, le porte-avions d'escorte a rejoint la SICILE cet après-midi-là dans la mer du Japon. Pendant les 11 jours suivants, il a fourni le CAP aux forces amphibies au large de Wonsan, a couvert les forces de dragage de mines dans le port et a ravitaillé fréquemment les destroyers de son groupe opérationnel. Le 28 octobre, le détroit de BADOENG a lancé des frappes aériennes au sud de Wonsan en soutien aux marines attaqués par une division communiste contournée. D'autres frappes, soutenant la poussée vers le nord de la 7e division d'armée à travers Pungsan et Kapsan, ont duré jusqu'en novembre. Le mauvais temps de vol, dans lequel la neige recouvrait souvent son pont d'envol, a commencé à entraver les opérations de vol à ce moment-là, mais elle a continué ses sorties intermittentes jusqu'au 14 novembre. De retour à Sasebo le 16, le navire de guerre passa la semaine suivante à recevoir du carburant, des provisions et des munitions.

Le 23 novembre, le BADOENG STRAIT est parti de Sasebo et s'est dirigé vers la zone d'exploitation au large de Wonsan. Le lendemain, seul un petit nombre de patrouilles s'éleva, mais l'intervention communiste chinoise massive cette nuit-là augmenta considérablement le taux de sortie. Des missions d'appui au sol continues ont frappé des concentrations de troupes ennemies et des attaques ont été lancées dans la région du réservoir de Chosin. Les frappes au napalm et à la roquette contre les troupes chinoises, en soutien à la 1re Division des Marines, se sont poursuivies jusqu'en décembre. Le 10 décembre, le navire de guerre a fumé jusqu'à la zone de ravitaillement dans la mer du Japon où il a passé les deux jours suivants à prendre du carburant, des munitions et des fournitures. Le détroit de BADOENG est revenu aux opérations aériennes au large de Wonsan le 13, pour soutenir l'évacuation de Hungnam, avant de se ravitailler en mer le jour de Noël. Après avoir navigué vers la mer Jaune le 27, le porte-avions d'escorte lance des missions autour de Séoul pour couvrir l'évacuation de la capitale.

Ces patrouilles ont duré jusqu'au 6 janvier 1951 lorsque le mauvais temps et les besoins de ravitaillement ont tourné le navire de guerre vers le Japon. Le détroit de BADOENG a amarré à Sasebo le 9 et est resté au port pendant près de trois semaines. Le 29, elle est devenue en route pour la maison et est arrivée à San Diego le 7 février. Trois semaines plus tard, le porte-avions d'escorte s'est rendu au chantier naval de Puget Sound pour des réparations de machines et d'équipements usés pendant la longue tournée coréenne. Une fois les réparations terminées début juillet, le navire de guerre se rendit à San Diego et y arriva le 20. Là, elle a dirigé quatre semaines d'entraînement d'escadron aérien avant de retourner en Extrême-Orient le 15 septembre.

Le détroit de BADOENG a déchargé des pièces de rechange et des avions à Pearl Harbor le 21 avant de reprendre son voyage vers l'ouest. Elle a amarré à Yokosuka le 2 octobre et est devenue le vaisseau amiral de ComCarDiv 17. Pendant les huit semaines suivantes, le porte-avions d'escorte a mené des exercices ASW au large d'Okinawa avec d'autres unités de la 7e Flotte. Début décembre, il retourne dans les eaux coréennes et rejoint la force de blocus de la mer Jaune. Malgré le mauvais temps, l'avion VMF-212 a effectué des patrouilles, repéré des tirs navals et effectué des missions de reconnaissance photographique le long des rivières et des estuaires de la Corée occidentale. Après son retour à Yokosuka le 28 décembre, elle a effectué deux autres patrouilles dans la mer Jaune entre le 7 janvier et le 6 février 1952. Relevé par le porte-avions d'escorte australien HMAS SYDNEY, le navire de guerre a pris la vapeur pour San Diego et, après avoir déposé des pièces de rechange et de l'équipement à Pearl Harbour, est arrivé chez lui le 1er mars.

Suite au congé et à l'entretien, BADOENG STRAIT a repris son ancien rôle de plate-forme de formation des pilotes. Malgré une pénurie de membres d'équipage formés, le navire de guerre a effectué huit semaines de qualifications d'atterrissage et de vols de recyclage de nuit pour les escadrons de reconnaissance (VS) VS-23 et VS-871. Elle embarque également à bord d'une unité d'hélicoptères du Corps des Marines début juin pour un entraînement au vol de nuit, avant de retourner à San Diego le 11 juin. Le navire de guerre a chargé des fournitures et de l'équipement dans ce port avant de se mettre en route pour une autre tournée coréenne le 19 juillet.

Le 10 août, alors qu'il était à Kobe, le porte-avions d'escorte a embarqué le VS-931 et a ensuite passé la semaine suivante engagé dans des opérations ASW dans les eaux d'Okinawa. Elle a continué les opérations aériennes intermittentes avec les unités de la 7ème Flotte dans les eaux autour du Japon jusqu'à la fin de septembre. Le 5 octobre, le détroit de BADOENG est parti de Sasebo pour des opérations en mer du Japon. Là, elle a fourni des services ASW aux nombreuses forces de soutien et de bombardement de Wonsan jusqu'au 17 octobre. Après une courte période de réparation à Sasebo, le navire de guerre a navigué vers la mer Jaune le 29 octobre et, au cours des trois mois suivants, a effectué six patrouilles distinctes dans cette région. Affectée à la force de blocus, elle a lancé des avions pour des patrouilles, la protection aérienne des navires de l'ONU et des garnisons des îles côtières, et des frappes d'appui au sol dans tout le sud-ouest de la Corée. Le navire a également participé à des programmes d'échange d'officiers avec le HMS GLORY et a organisé une formation de qualification de transporteur pour les pilotes de remplacement.

De retour à Sasebo le 5 février 1953, le détroit de BADOENG passe deux jours à charger des véhicules et des bateaux avant de s'embarquer pour Honshu. Il a amarré à Yokosuka le 9 et, deux jours plus tard, il est rentré chez lui. Le porte-avions d'escorte est arrivé à San Diego le 27 février et, un mois plus tard, est entré dans le chantier naval de San Francisco pour une révision de modernisation de six mois. Une fois les travaux de réparation terminés, le navire de guerre retourna à San Diego où il fut mis en service, en réserve, pour une courte période. Revenu à sa pleine commission en février 1954, le BADOENG STRAIT commença alors une année d'entraînement et d'exercices ASM à partir de San Diego. Ceux-ci comprenaient des expériences avec le Grumman S2F-1 Tracker, le nouvel avion ASW de la Marine et les tests de la doctrine des hélicoptères ASW.

En avril 1955, le porte-avions d'escorte reçut l'ordre de se déployer dans le Pacifique occidental. Au départ de San Diego, avec le VS-38 et un détachement d'hélicoptères HS-2 embarqués, le détroit de BADOENG est retourné dans les eaux familières au large du Japon et de la Chine. De vastes exercices anti-sous-marins avec les unités de la 7e Flotte, y compris les opérations ASW par hélicoptère, l'ont occupée pendant les mois d'été. En septembre, après des visites portuaires à Formosa et Okinawa, elle s'est tournée vers la maison et a amarré à San Diego le 1 octobre. Peu de temps après, le porte-avions d'escorte s'est rendu au chantier naval de San Francisco pour trois mois de réparations et de modifications.

Au début de février 1956, le BADOENG STRAIT retourna à San Diego et se prépara à des opérations dans le Pacifique central. Elle a quitté la côte ouest plus tard ce mois-là et a rejoint plusieurs dizaines d'autres navires de la Marine dans les îles Marshall. Là, elle a participé à l'opération Redwing, une série d'essais thermonucléaires atmosphériques de 17 détonations, sur les atolls d'Eniwetok et de Bikini. Le transporteur d'escorte a fourni un pont aérien navire-terre à Bikini, a servi de point de contrôle de sécurité radiologique et de zone d'information, et a soutenu l'Escadron de transport d'hélicoptères maritimes (HMR) 363, qui a effectué des missions d'enquête radiologique et de sonde aérienne. En outre, elle a fourni des groupes de travail pour la construction à terre et exploité une station de télévision du réseau des forces armées à bord. En dégageant la région le 31 juillet, le navire de guerre est revenu à San Diego le 8 août.

À la fin de septembre, le BADOENG STRAIT a commencé une série d'exercices amphibies à partir de San Diego. D'une durée de 15 semaines, ces opérations comprenaient une formation approfondie avec des hélicoptères du Corps des Marines, l'expérimentation d'atterrissages assistés par hélicoptère et le développement d'une doctrine d'assaut vertical. Le 14 janvier 1957, le porte-avions d'escorte, usé et structurellement inadapté aux avions à réaction plus récents et aux hélicoptères d'assaut plus gros, se rendit à Bremerton, Washington, pour subir une désactivation et un déclassement.

Le détroit de BADOENG a été désarmé le 17 mai 1957 et affecté à l'installation de navires inactifs de la flotte de réserve du Pacifique, à Bremerton. Bien que reclassé en tant que convoyage d'avions et redésigné AKV 16 le 7 avril 1959, le navire n'a jamais été remis en service. Son nom a été rayé du Naval Vessel Register le 1er décembre 1970, et il a été vendu à American Ship Dismantlers, Inc., Portland, Oreg., le 8 mai 1972, pour mise au rebut.

Le détroit de BADOENG a reçu six étoiles de bataille pour son service pendant le conflit coréen.


Détroit de l'USS Badoeng (CVE-116)

Rédigé par : Rédacteur en chef | Dernière édition : 23/04/2018 | Contenu &copiewww.MilitaryFactory.com | Le texte suivant est exclusif à ce site.

L'Escort Carrier était un sous-groupe de porte-avions sur lequel s'appuyait fortement la marine américaine (USN) pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945). Le type de navire était dimensionnellement plus petit et plus lent que les navires de première ligne de grande taille ayant un rôle similaire sur le champ de bataille tout en transportant moins d'avions, mais ces navires ont plus que compensé les limitations en étant plus économiques à construire dans le nombre requis pour l'effort de guerre. L'USN a déployé plusieurs classes de porte-avions d'escorte pendant la guerre, le groupe le plus important devenant la classe Casablanca (50 navires) suivie de la classe Bogue (45 navires, principalement en service dans la Royal Navy britannique). Une autre classe, la classe Commencement Bay, a également été utilisée au cours de cette période et ce groupe comptait dix-neuf navires en tout, tout en devenant le meilleur de tous les modèles de porte-avions d'escorte à apparaître dans la guerre.

L'un de ce groupe était l'USS Badoeng Strait (CVE-116) commandé pendant les années de guerre et voyant sa quille posée le 18 août 1944. Il fut lancé à la mer le 15 février 1945 et officiellement mis en service pour le service dans l'USN le novembre 14th 1945 - bien que trop tard pour voir le service de combat dans la Seconde Guerre mondiale. Cependant, elle a été déployée dans la prochaine guerre de Corée (1950-1953) à bon escient.

Tel que construit, l'USS Badoeng Straight a déplacé 10 500 tonnes courtes sous charge et a tenu une longueur de 557 pieds avec un faisceau mesurant 105,1 pieds et un tirant d'eau de 30,7 pieds. Sa puissance installée était conventionnelle et impliquait des chaudières alimentant 2 turbines à vapeur à engrenages développant 16 000 chevaux et entraînant 2 arbres sous la poupe. Le navire de guerre pouvait avancer à 19 nœuds.

Son agencement général était typique des porte-avions "à toit plat" de la période de la Seconde Guerre mondiale. Le poste de pilotage, desservi par deux ascenseurs de hangar (un à l'avant, l'autre à l'arrière) allait directement de la proue à la poupe. La superstructure de l'île était d'une conception très compacte et décalée sur le côté tribord tout en étant installée en avant du milieu du navire. A son bord se trouvaient jusqu'à 1 0772 officiers et marins ainsi qu'une escadre aérienne qui était liée à la trentaine d'avions de combat transportés. Tout en jouant le rôle très important de transport aérien, le navire possédait également des installations complètes pour le lancement et la récupération de ces armes. La défense locale était assurée par une collection d'armes comprenant 2 canons de 5", jusqu'à 36 canons Bofors de 40 mm et des canons Oerlikon de 20 x 20 mm - tous essentiels au rôle anti-aérien (AA).

Avec la fin de la Seconde Guerre mondiale en août 1945, il n'y avait guère besoin de porte-avions supplémentaires comme l'USS Badoeng Strait. Son début de carrière impliquait donc quelques exercices et croisières, dont une escale à Hawaï, avant d'être rapidement désarmé dès avril 1946. Cependant , son histoire ne s'est pas arrêtée là car elle a été remise en service l'année suivante et s'est retrouvée active au début de la guerre de Corée lorsque des éléments du Nord communiste ont envahi, et presque conquis, le Sud démocratique.

L'USS Badoeng Straight était présent pendant presque tout le conflit et utilisé dans des actions de blocage en raison de son équipement de guerre anti-sous-marine (ASW) installé ainsi que du lancement de ses avions de guerre dans le rôle de soutien aérien rapproché (CAS) à l'appui des forces terrestres amies. . Elle a joué un rôle majeur dans la défense du « Périmètre de Pusan », essentiellement le dernier combat des forces des Nations Unies opérant sur la péninsule coréenne. Le périmètre étant enfin sécurisé à l'approche de novembre, le porte-avions d'escorte a été utilisé lors du débarquement amphibie effronté d'Inchon (septembre 1950) qui a contribué à renverser le cours de la guerre et à repousser les forces communistes vers le nord. Avant la fin de l'année, le navire était en action pour soutenir les forces qui se retiraient du réservoir de Chosin après l'entrée en guerre de la Chine.

Toute cette action a ajouté jusqu'à six Battle Stars pour le service dans le conflit pour le navire de guerre et ses équipages. Une mention élogieuse de l'unité de la Marine a également été ajoutée. La guerre de Corée s'est ensuite terminée par un armistice difficile qui perdure à ce jour (2017) alors que le Nord, avec l'aide de la Chine et de l'Union soviétique, a récupéré son territoire perdu auprès de la force de la coalition des Nations Unies.

Cela a laissé l'USS Badoeng Strait sans guerre à mener, mais il est resté actif pendant une courte période de temps. Après la guerre, le navire a été modernisé et développé pour accueillir des hélicoptères sur ses ponts. L'ajustement de l'équipement ASW a été encore élargi pour aider à contrer la menace croissante des sous-marins soviétiques opérant dans le Pacifique. À partir de ce moment-là, il a été utilisé dans des exercices et des entraînements tout en entreprenant plusieurs autres voyages "en temps de paix" au début de la guerre froide. En janvier 1957, il a été désactivé (placé dans la flotte de réserve du Pacifique) puis officiellement désarmé le 17 mai de la même année.

Sa carcasse dépouillé n'a été vendue qu'en 1972, après quoi elle a été mise au rebut sans cérémonie.


Historique des opérations[modifier | modifier la source]

Détroit de Badoeng a opéré de San Diego jusqu'en mars 1946, quand elle a fait une brève croisière à Hawaï. Le 20 avril 1946, elle est mise hors service. Le navire a été remis en service le 6 janvier 1947.

Un Ryan FR-1 Fireball lancé de Détroit de Badoeng, 1947.

Entre février 1947 et juin 1950 Détroit de Badoeng a opéré dans le Pacifique, testant de nouveaux équipements de guerre anti-sous-marine, formant son personnel et participant à de nombreux exercices de guerre anti-sous-marine. À divers intervalles, il a servi comme navire amiral des divisions de porte-avions 17 et 15.

De juillet 1950 à février 1953 Détroit de Badoeng a effectué trois tournées au large de la Corée (29 juillet 1950-23 janvier 1951, 2 octobre 1951-14 février 1952 et 6 octobre 1952-11 février 1953), en tant qu'unité de TF 95 et 77. Au cours de ces tournées, elle a opéré sur anti-sous-marin service de guerre et dans le cadre de la force d'escorte de blocus. Son avion a fourni un soutien au sol rapproché inestimable au début de l'action, en particulier pendant la défense du périmètre de Pusan ​​(6 août-12 septembre 1950), l'atterrissage d'Inchon (15 septembre) et l'évacuation de Hŭngnam (9-24 décembre 1950).

Après 1953, le navire a été modernisé (d'avril à septembre 1953) a poursuivi des travaux expérimentaux approfondis dans la guerre anti-sous-marine avec de nouveaux avions et hélicoptères de la marine, a participé à divers exercices d'entraînement de la flotte du Pacifique et a effectué des exercices approfondis avec des hélicoptères d'assaut de la Marine. Elle a également effectué une autre tournée en Extrême-Orient et a participé à l'opération Redwing dans le Pacific Proving Grounds de février à juillet 1956.


Détroit de l'USS Badoeng (CVE-116/AKV-16)


Figure 1 : USS Détroit de Badoeng (CVE-116) amarré dans un port tropical, à la fin des années 40 ou au début des années 50. Photographie officielle de l'US Navy, provenant des collections du Naval Historical Center. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.


Figure 2 : USS Détroit de Badoeng (CVE-116) en cours le 6 août 1952, en route vers l'Extrême-Orient pour son troisième et dernier déploiement de la guerre de Corée. Sept chasseurs-bombardiers F4U Corsair sont repérés à l'avant de son pont d'envol. Le "LD" peint sur leurs stabilisateurs verticaux montre qu'ils appartiennent au Marine Fighter Squadron 212 (VMF-212). Photographie officielle de l'US Navy, provenant des collections du Naval Historical Center. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.


Figure 3 : Le chasseur Grumman F6F Hellcat est catapulté depuis l'USS Détroit de Badoeng (CVE-116), lors d'opérations dans l'est du Pacifique, vers le début de 1946. Le porte-avions était alors le vaisseau amiral du commandant de la division aéronavale 17, le contre-amiral Dixwell Ketcham. Collection du vice-amiral Dixwell Ketcham. Photographie officielle de l'US Navy, provenant des collections du Naval Historical Center. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.


Figure 4 : USS Détroit de Badoeng (CVE-116) chargement des chasseurs Corsair F4U-4B du Corps des Marines à la Naval Air Station North Island, San Diego, Californie, pour le transport vers la Corée, juillet 1950. Détroit de Badoeng transporté des avions et des équipages du Marine Air Group 33 dans le cadre du mouvement transpacifique de la première brigade maritime provisoire, le déploiement initial du Corps des Marines de la guerre de Corée. Elle a quitté San Diego à la mi-juillet et est arrivée à Kobe, au Japon, le 31 juillet, faisant décoller ses avions le jour suivant. Photographie officielle de l'US Navy, provenant des collections du Naval Historical Center. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.


Figure 5 : USS Détroit de Badoeng (CVE-116) des membres d'équipage enlèvent la neige du pont d'envol du transporteur pendant les opérations au large de la côte coréenne, le 14 novembre 1950. Les avions sur le pont sont des chasseurs Corsair F4U-4B du Corps des Marines. Remarquez à quel point le poste de pilotage semble étroit avec les Corsairs garés là-bas. Photographie officielle de l'US Navy, provenant des collections du Naval Historical Center. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.


Figure 6 : Chasseur Corsair F4U-4B du Corps des Marines stationné sur l'USS Détroit de BadoengPont d'envol enneigé des ‘s (CVE-116) lors d'opérations au large de la côte coréenne, le 14 novembre 1950. Photographie officielle de l'US Navy, provenant des collections du Naval Historical Center. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.


Figure 7 : USS Détroit de Badoeng (CVE-116) des membres d'équipage utilisent une brosse électrique pour balayer la glace et la neige du pont d'envol du transporteur pendant les opérations au large de la côte coréenne, le 30 novembre 1950. Photographie officielle de l'US Navy, provenant des collections du Naval Historical Center. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.


Figure 8 : USS Détroit de Badoeng (CVE-116) des membres d'équipage utilisent une brosse électrique et des pelles pour enlever la glace et la neige du pont d'envol du transporteur pendant les opérations au large de la côte coréenne, le 30 novembre 1950. Photographie officielle de l'US Navy, provenant des collections du Naval Historical Center. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.


Figure 9 : USS Détroit de Badoeng (CVE-116) Des militaires de la Navy et du Marine Corps chargent des roquettes de 5 pouces et du napalm sur des chasseurs-bombardiers USMC F4U-4B Corsair lors d'opérations au large de la Corée en décembre 1950. Photographie officielle de l'US Navy, provenant des collections du Naval Historical Center. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.


Figure 10 : USS Détroit de Badoeng (CVE-116) opérant avec des hélicoptères Sikorsky HO4S de l'escadron HS-4 lors d'exercices au large de la côte ouest des États-Unis, 27 juillet 1954. Photographie officielle de l'US Navy, provenant des collections du Naval Historical Center. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.


Figure 11 : USS Détroit de Badoeng (CVE-116) en mer avec des hélicoptères Sikorsky HO4S de l'escadron HS-4 lors d'exercices au large de la côte ouest des États-Unis, le 27 juillet 1954. Photographie officielle de l'US Navy, provenant des collections du Naval Historical Center. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.


Figure 12 : USS Détroit de Badoeng (CVE-116) en cours lors de l'exploitation d'hélicoptères Sikorsky HO4S de l'escadron HS-4 lors d'exercices au large de la côte ouest des États-Unis, le 27 juillet 1954. Photographie officielle de l'U.S. Navy, provenant des collections du Naval Historical Center. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.


Figure 13 : L'hélicoptère Sikorsky HO4S du quatrième escadron d'hélicoptères anti-sous-marins (HS-4) décolle de l'USS Détroit de Badoeng (CVE-116) pour un courrier de garde de routine lors d'exercices au large de la côte ouest des États-Unis, le 27 juillet 1954. Photographie officielle de l'US Navy, provenant des collections du Naval Historical Center. Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.


Figure 14 : USS Détroit de Badoeng (CVE-116), le numéro de photographie (6293-56) indique que l'année est 1956. L'emplacement est probablement au large de San Francisco. Source : Chantier naval de San Francisco, Hunters Point, Collection photographique du chantier naval historique 1904–821174 Région du Pacifique NARA (San Francisco). Cliquez sur la photo pour agrandir l'image.

Nommé d'après un détroit des Indes orientales néerlandaises (aujourd'hui l'Indonésie), USS Détroit de Badoeng (CVE-116) était un 24 275 tonnes (pleine charge) Baie de départ porte-avions d'escorte de classe. Sa coque a été construite par Todd-Pacific Shipyards à Tacoma, Washington, mais le navire a ensuite été déplacé à Portland, Oregon, et a été achevé par Commercial Iron Works et a été mis en service le 14 novembre 1945. Détroit de Badoeng mesurait environ 557 pieds de long et sa coque mesurait 75 pieds de large, mais la largeur de son pont d'envol était de 105 pieds. Le porte-avions d'escorte avait une vitesse de pointe de 19 nœuds, avait un équipage de 1 066 officiers et hommes et était armé de deux canons de 5 pouces, de 36 canons de 40 mm et de 20 canons de 20 mm. Le navire transportait au total 34 appareils.

Après sa croisière shakedown au large de la Californie, Détroit de Badoeng partit pour Pearl Harbor, Hawaï, en mars 1946. Il retourna sur la côte ouest le 20 avril, mais fut immédiatement placé en état d'inactivité temporaire à San Diego, Californie. Détroit de Badoeng a été réactivé le 6 janvier 1947 et huit jours plus tard a commencé une longue série d'exercices d'entraînement et de guerre anti-sous-marine (ASW) au large des côtes de Californie. Après une brève visite à Pearl Harbor, Détroit de Badoeng a continué sa formation ASW de San Diego jusqu'en juin 1947. Le navire est entré dans le Chantier Naval de San Francisco pour une révision le 5 juillet et est resté là jusqu'au 11 novembre. Après cela, le transporteur d'escorte a effectué divers exercices d'entraînement jusqu'à la fin de l'année.

Le 5 janvier 1948, Détroit de Badoeng a été utilisé pour convoyer des avions à Guam. Après avoir atteint sa destination, il a ensuite ramené du fret et des passagers à San Diego et est arrivé le 10 février. Détroit de Badoeng a également été utilisé pour transporter des avions à Pearl Harbor et pendant les deux années suivantes, le navire a transporté des avions de guerre ASW et a été utilisé pour former des pilotes ASW. Mais le 25 juin 1950, la Corée du Nord envahit la Corée du Sud. Après avoir fait les préparatifs pour naviguer, Détroit de Badoeng a quitté San Diego le 14 juillet 1950 avec à son bord le US Marine Corps Air Group 33 (MAG-33) et s'est dirigé vers Kobe, au Japon.

Détroit de Badoeng Quitte Kobe le 4 août et se dirige vers le détroit de Tsushima, non loin des côtes de la Corée du Sud. L'avion de chasse Vought F4U-4B Corsair du Marine Fighter Squadron (VMF) 323 a atterri sur le porte-avions d'escorte le lendemain. L'un des avions qui a atterri, cependant, s'est écrasé contre les barrières du poste de pilotage et s'est renversé. Bien que le pilote n'ait subi que des blessures mineures, l'avion a été une perte totale et a dû être jeté par-dessus bord. Du 6 au 13 août 1950, les avions de Détroit de Badoeng ont attaqué des ponts communistes nord-coréens, des véhicules et des concentrations de troupes dans le sud-ouest de la Corée. Ses Corsairs ont également effectué des missions d'appui au sol pour la première brigade de marine lors de son offensive contre Chinju. Détroit de BadoengLes avions ont effectué environ 240 missions au-dessus de la région, aidant les forces des Nations Unies à arrêter l'avancée nord-coréenne vers le célèbre périmètre de Pusan. Le porte-avions a perdu cinq avions alors qu'il soutenait les unités terrestres de l'ONU, mais quatre des pilotes ont ensuite été secourus. Le cinquième pilote, le capitaine Vivian M. Moses, a été tué le 11 août lorsque son Corsair s'est écrasé dans une rizière au nord-ouest de Kosong.

Après un bref arrêt à Sasebo, au Japon, pour récupérer du carburant et des fournitures, Détroit de Badoeng repris les vols au large de la Corée le 15 août 1950. Des corsaires de Détroit de Badoeng, ainsi que ceux du porte-avions d'escorte USS Sicile (CVE-118), a attaqué des concentrations de troupes communistes et a de nouveau fourni un soutien aérien rapproché à la première brigade de marine. Elle a poursuivi ces opérations jusqu'à son retour à Sasebo le 29 août. Le 5 septembre, le navire est revenu au large des côtes de la Corée et son avion a attaqué des ponts, des voies ferrées et des aérodromes de Kunsan à Pyongyang. Détroit de Badoeng a participé au célèbre débarquement amphibie à Inchon, avec son avion effectuant 344 sorties d'appui au sol pendant la bataille. Pour les prochaines semaines, Détroit de Badoeng poursuite des opérations de combat au large des côtes de la Corée, avec son avion pilonnant des cibles communistes dans tout le pays. Pendant ce temps, Détroit de Badoeng n'a fait que de brefs arrêts à Sasebo pour plus de carburant et de fournitures, mais la majeure partie de son temps a été consacrée à fournir un soutien aérien aux forces terrestres de l'ONU en Corée. Alors que les opérations aériennes se poursuivaient en novembre, le temps a commencé à se détériorer, la neige recouvrant souvent le pont d'envol du navire. Mais les Marine Corsairs ont continué à quitter le porte-avions d'escorte et le 23 novembre, le navire était situé au large du port de Wonsan. Le lendemain, cependant, la Chine communiste a organisé son énorme invasion de la Corée et presque tous les avions de l'ONU dans la région ont été utilisés pour repousser l'assaut. D'innombrables missions d'appui au sol ont été menées contre l'avancée des Chinois communistes, avec un accent particulier mis sur les concentrations de troupes ennemies. En outre, de nombreuses missions de soutien au sol ont été effectuées pour aider les Marines américains piégés dans le tristement célèbre réservoir de Chosin. Le 13 décembre, Détroit de Badoeng a également participé à l'évacuation de Hungnam.

Avion de Détroit de Badoeng a continué les missions de vol au-dessus de la Corée jusqu'au 6 janvier 1951, lorsque le mauvais temps et une pénurie de carburant et de fournitures ont forcé le navire à retourner au Japon. Le 29 janvier, Détroit de Badoeng a reçu l'ordre de retourner aux États-Unis pour une révision. Elle a atteint San Diego le 7 février et a été envoyée au chantier naval de Puget Sound, Washington, pour les réparations. Une fois la révision terminée, Détroit de Badoeng a terminé deux autres déploiements de la guerre de Corée, d'octobre 1951 à février 1952 et d'octobre 1952 à février 1953. Au cours de ces déploiements, il transportait soit des chasseurs-bombardiers Corsair du Corps des Marines, soit des avions de guerre anti-sous-marine.

Après la dernière croisière de combat du détroit de Badoeng en Corée, le porte-avions d'escorte a été modifié pour transporter des hélicoptères Sikorsky HO4S pour le service ASW. En avril 1955, le navire a été renvoyé en Extrême-Orient (au large des côtes du Japon et de la Chine) et a effectué de vastes exercices ASW avec la septième flotte. Pendant ce temps, Détroit de Badoeng testé la viabilité de l'utilisation d'hélicoptères pour la guerre anti-sous-marine, une mission qui est régulièrement assignée à de nombreux hélicoptères de la Marine aujourd'hui. Après ça, Détroit de Badoeng retourné à San Francisco pour une autre révision. En février 1956, Détroit de Badoeng s'est rendu aux îles Marshall et a participé à l'opération Redwing, un important test de bombe thermonucléaire qui a eu lieu sur les atolls d'Eniwetok et de Bikini.

En septembre 1956, Détroit de Badoeng a mené de nombreux exercices d'assaut amphibie au large des côtes de la Californie, utilisant des hélicoptères du Corps des Marines pour transporter des troupes sur la plage. Les transporteurs d'escorte aiment Détroit de Badoeng pionnier du développement de la doctrine d'assaut vertical de la Marine et du Corps des Marines. Aujourd'hui, les hélicoptères de la Marine et du Corps des Marines sont couramment utilisés dans presque tous les assauts des navires de guerre amphibies. Mais le 14 janvier 1957, le navire est entré à Bremerton, dans l'État de Washington, et a été désarmé le 17 mai. Jugé usé et structurellement incapable d'accueillir le nouvel avion à réaction et les hélicoptères d'assaut plus gros qui étaient produits, Détroit de Badoeng a été affecté à l'installation de navires inactifs de la flotte de réserve du Pacifique, à Bremerton. Bien que redésigné un avion de transport (AKV-16) le 7 avril 1959, le navire n'a jamais été remis en service. USS Détroit de Badoeng a été vendu pour démolition le 8 mai 1972. Le navire a reçu six étoiles de bataille pour son service pendant la guerre de Corée.


L'USS Badoeng Strait après la guerre de Corée

L'USS Badoeng Strait est retourné aux États-Unis pour être modernisé d'avril à septembre 1953. En plus des exercices d'entraînement de la flotte du Pacifique et des exercices avec des hélicoptères d'assaut de la Marine, il a également mené des travaux expérimentaux sur la guerre anti-sous-marine avec de nouveaux hélicoptères et avions navals.

Les Détroit de Badoeng retourné à l'Extrême-Orient pour un autre tour de service de février à juillet 1956. Elle a participé à l'Opération Redwing, testant des détonations nucléaires à Eniwetok et aux Atolls de Bikini.

L'USS Badoeng Strait a été désarmé le 17 mai 1957. Il a été reclassé en tant qu'avion de transport, AKV-16, en mai 1959. Il a été retiré du registre des navires de la marine en décembre 1970 et vendu à la ferraille en mai 1972. Le porte-avions a reçu six étoiles de bataille et une mention élogieuse de l'unité de la Marine pour son service pendant la guerre de Corée.


CVE-116 U.S.S. Détroit de Badoeng - Histoire

Détroit de l'USS Badeong

Le détroit de Badoeng a reçu la mention élogieuse de l'unité de la marine et six étoiles de bataille pour ses services au cours de l'action coréenne.

L'USS Badoeng Strait (CVE-116) était un porte-avions d'escorte de classe Commencement Bay de la marine américaine pendant la guerre de Corée.

Il a été nommé d'après le détroit de Badung, situé entre les îles indonésiennes de Bali et Nusa Besar, qui fut le site d'une bataille de la Seconde Guerre mondiale en février 1942, entre les forces navales américano-néerlandaises et japonaises.

Initialement nommé San Alberto Bay, le navire a été rebaptisé Badoeng Strait le 6 novembre 1943 lancé le 15 février 1945 par Todd-Pacific Shipyards, Inc., Tacoma, Washington parrainé par Mme TH Binford, épouse du capitaine Binford commissionné le 14 novembre 1945, capitaine Thomas A. Turner, Jr. aux commandes et relevait de la Flotte du Pacifique.

Le détroit de Badoeng a opéré à partir de San Diego jusqu'en mars 1946, date à laquelle il a effectué une brève croisière vers Hawaï. Le 20 avril 1946, il a été mis hors service et a ensuite été remis en service le 6 janvier 1947.

Cliquez ici pour voir notre extension
galerie de photos de navires, d'expositions et de conventions. Vous devez être membre de l'ECSAA pour voir ces photos.

Souhaitez-vous télécharger vos photos du détroit de Bsdoeng dans nos archives ?
Cliquez ici pour démarrer le processus !

Entre février 1947 et juin 1950, le détroit de Badoeng a opéré dans le Pacifique, testant de nouveaux équipements de guerre anti-sous-marine, formant son personnel et participant à de nombreux exercices de guerre anti-sous-marine. À divers intervalles, il a servi comme navire amiral des divisions de porte-avions 17 et 15.

De juillet 1950 à février 1953, le détroit de Badoeng a effectué trois tournées au large de la Corée (29 juillet 1950-23 janvier 1951, 2 octobre 1951-14 février 1952 et 6 octobre 1952-11 février 1953), en tant qu'unité de la TF 95 et 77. Au cours ces tours elle a opéré sur le devoir de guerre anti-sous-marine et en tant que partie de la force d'escorte de blocus. Son avion a fourni un soutien au sol rapproché inestimable au début de l'action, en particulier pendant la défense du périmètre de Pusan ​​(6 août-12 septembre 1950), l'atterrissage d'Inchon (15 septembre) et l'évacuation de Hŭngnam (9-24 décembre 1950).

Après 1953, le navire a été modernisé (d'avril à septembre 1953) a poursuivi des travaux expérimentaux approfondis dans la guerre anti-sous-marine avec de nouveaux avions et hélicoptères de la marine, a participé à divers exercices d'entraînement de la flotte du Pacifique et a effectué des exercices approfondis avec des hélicoptères d'assaut de la Marine. Elle a également effectué une autre tournée en Extrême-Orient et a participé à l'opération Redwing dans le Pacific Proving Grounds de février à juillet 1956.

Le 14 janvier 1957, le détroit de Badoeng a navigué vers Bremerton, dans l'État de Washington, pour y être inactivé. Il est sorti de la réserve le 17 mai 1957 et a été mis au rebut en 1972.


USS Bataan (CVL 29)

L'USS BATAAN était l'un des porte-avions légers de la classe INDEPENDANCE et le premier navire de la Marine à porter ce nom. Comme les autres navires de sa classe, le BATAAN était à l'origine conçu comme un croiseur léger, mais après l'attaque de Pearl Harbor, dans l'Illinois, la Marine avait un besoin urgent de plus de porte-avions. Par conséquent, quelques-uns des croiseurs légers en construction à cette époque ont été réorganisés en porte-avions.

Désarmé le 11 février 1947, le BATAAN a été remis en service en mai 1950 pour le service de la guerre de Corée. De nouveau désarmé en avril 1954, le BATAAN a été reclassé en tant qu'avion de transport (AVT 4) en mai 1959, mais a été rayé de la Navy List en septembre de la même année et vendu à la casse en mai 1961.

Caractéristiques générales: Décerné : 1940 (comme croiseur léger), 1942 (comme porte-avions)
Pose de la quille : 31 août 1942
Lancé : 1er août 1943
Mise en service : 17 novembre 1943
Déclassé : 11 février 1947
Remise en service : 13 mai 1950
Déclassé : 9 avril 1954
Constructeur : New York Shipbuilding, Camden, N.J.
Système de propulsion : turbines à engrenages, 100 000 shp
Hélices : deux
Longueur : 623 pieds (189,9 mètres)
Faisceau : 71,5 pieds (21,8 mètres)
Tirant d'eau : 25,9 pieds (7,9 mètres)
Déplacement : env. 11 000 tonnes standard
Vitesse : 31,5 nœuds
Avion : 34
Catapultes : deux
Ascenseurs d'avion : deux
Armement : 28 canons de 40 mm et 4 canons de 20 mm pendant la Seconde Guerre mondiale, 16 canons de 40 mm pendant la guerre de Corée
Équipage : env. 1560

Cette section contient les noms des marins qui ont servi à bord de l'USS BATAAN. Ce n'est pas une liste officielle mais contient les noms des marins qui ont soumis leurs informations.

L'USS BATAAN - initialement projeté sous le nom de CLEVELAND - croiseur léger de classe BUFFALO (CL 99) - a été redésigné CV 29 et renommé BATAAN le 2 juin 1942 posé le 31 août 1942 à Camden, NJ, par la New York Shipbuilding Corp. redésigné CVL 29 le 15 juillet 1943 lancé le 1er août 1943 parrainé par Mme George D. Murray et commandé le 17 novembre 1943, le capitaine Valentine H. Schaeffer aux commandes.

Après s'être équipé à Philadelphie, le BATAAN a effectué un entraînement préliminaire au shakedown dans la baie de Chesapeake avant de naviguer vers les Antilles le 11 janvier 1944. Deux jours plus tard, alors qu'il était en route pour Trinidad, le porte-avions léger a subi sa première perte lorsqu'un chasseur Grumman F6F ("Hellcat" ) a écrasé sa pile numéro 2 et a pris feu, tuant trois membres d'équipage. Après avoir jeté l'ancre au large de Port of Spain le 16 janvier, le BATAAN a passé les trois semaines suivantes à mener des problèmes de combat, des exercices de contrôle des avaries, des exercices d'artillerie et des opérations de vol dans le golfe de Paria.

De retour au Philadelphia Navy Yard le 14 février, le porte-avions subit des réparations et des inspections post-shakedown jusqu'au début mars. Le 2, BATAAN met le cap sur le Pacifique en compagnie de BENNION (DD 662). Transitant le Canal de Panama le 8 mars, elle s'est dirigée alors vers la côte en Californie et est arrivée à San Diego le 16. Deux jours plus tard, elle a navigué pour Hawaï avec ses ponts d'envol et de hangar encombrés de passagers, d'avions et de marchandises. Arrivé à Pearl Harbor le 22, le porte-avions léger a effectué une semaine d'exercices de qualification des pilotes en préparation du "déploiement dans la zone avancée". Le navire de guerre a perdu son deuxième avion le 31 mars lorsqu'un "Hellcat" a écrasé la barrière d'atterrissage et est passé par-dessus le côté, bien que, heureusement, le pilote ait survécu sans blessure.

Le BATAAN quitta Pearl Harbor le 4 avril et, en compagnie de REMY (DD 688) et HERBERT W. GRANT (DD 644), se rendit aux îles Marshall. Elle est arrivée à l'atoll de Majuro le 9 et s'est présentée au service avec les transporteurs rapides de la Force opérationnelle (TF) 58 le même jour. Le 13 avril, le porte-avions léger a navigué avec HORNET (CV 12), BELLEAU WOOD (CVL 24), COWPENS (CVL 25) et le reste du groupe opérationnel (TG) 58.1 pour des opérations aériennes contre Hollandia, en Nouvelle-Guinée. Ces raids, faisant suite à un balayage de porte-avions contre les îles Caroline fin mars et début avril, étaient destinés à soutenir les opérations amphibies américaines dans la région de Humboldt Bay-Tanahmerah en Nouvelle-Guinée.

Le 21 avril, BATAAN a lancé cinq balayages de chasseurs pour mitrailler les avions et les installations ennemis à Sawar, Wakde et Sarmi en Nouvelle-Guinée. Les pilotes ont revendiqué des coups sur de nombreux bâtiments, des canons antiaériens, des barges côtières et trois avions au sol. Pendant ce temps, le CAP du porte-avions a marqué ses premières victimes ce jour-là, abattant un bombardier Mitsubishi G4M1 ("Betty") en patrouille ce matin-là et éclaboussant un Mitsubishi Ki.21 ("Sally") dans l'après-midi. Selon le journal de guerre, des incendies et des explosions ont été "observés depuis le pont de BATAAN toute la nuit sur Hollandia, en Nouvelle-Guinée".

Après avoir fait le plein de NESHANIC (AO 71) le 23, le porte-avions léger renvoya ses chasseurs à Wakde le lendemain, espérant surprendre les renforts japonais. Cependant, une pénurie de cibles a incité le groupe de travail à abandonner l'effort après seulement quelques attaques et à mettre le cap sur les îles de l'Amirauté pour se ravitailler au port de Seeadler sur Manus. Les porte-avions se dirigent ensuite vers le nord et frappent la base japonaise de Truk le 29 avril. BATAAN a lancé un balayage de chasseurs et trois raids de bombardement, les bombardiers-torpilleurs TBM de General Motors ("Avengers") larguant 13 tonnes de bombes sur la base japonaise. Un "Avenger" a été abattu lors de l'attaque, mais l'équipage a été secouru par le sous-marin TANG (SS 306), qui avait été affecté à un service de sauveteur au large de Truk. Le 30 avril, le groupe opérationnel du BATAAN s'est tourné vers Ponape, dans les îles Caroline et, le lendemain, il a effectué des missions CAP et ASP au-dessus des cuirassés bombardant cette île. Les navires de guerre se sont ensuite rendus aux Marshalls, arrivant à la lagune de Kwajalein le 4 mai.

Le BATAAN a déménagé à Majuro le 14 pour réparer son ascenseur avant, mais les équipes de réparation locales n'ont pas pu résoudre le problème. Le 18 mai, elle a navigué à Hawaï, arrivant à Pearl Harbor le 22. Après la réparation de son ascenseur, il est retourné aux Marshalls le 30 mai et a jeté l'ancre à Majuro le 2 juin. Une fois là-bas, BATAAN a commencé les préparatifs hâtifs de l'opération "Forager", l'invasion planifiée des Mariannes. Chargés de neutraliser les aérodromes japonais dans les Mariannes, les 15 porte-avions de la TF 58 prévoyaient d'attaquer Saipan, Guam et les groupes d'îles à proximité. Ils se sont également préparés à une bataille de flotte majeure au cas où les porte-avions japonais tenteraient d'intervenir.

BATAAN rejoint HORNET, YORKTOWN (CV 10), et BELLEAU WOOD en TG 58.1 et prend la mer le 6 juin. Cinq jours plus tard, BATAAN a lancé un balayage de chasseurs contre la base japonaise de Rota, en soutien aux opérations contre Saipan. Une section de quatre "Hellcats" volant "une patrouille de couverture de sous-marin de sauvetage" près de cette île a fait rebondir trois chasseurs porteurs Mitsubishi A6M ("Zekes") et les a tous abattus sans perte. Un autre "Hellcat", volant CAP au-dessus de BATAAN, a éclaboussé un bombardier japonais Nakajima Ki.49 ("Helen"). Ce soir-là, TG 58.1 a navigué au sud vers Guam.

Le 12 juin, le BATAAN a survolé le CAP et l'ASP au-dessus du groupe opérationnel tandis que les trois autres porte-avions lançaient des frappes sur l'aérodrome d'Orote à Guam. Ses "Hellcats" ont repéré deux bombardiers japonais Aichi D4Y ("Judys") ce jour-là et les ont tous deux éclaboussés près du groupe opérationnel. Un autre balayage a pilonné Rota le 13, bombardant les positions des canons antiaériens japonais, le port de Piti et le moulin à sucre. Au cours des opérations de récupération, un bombardier en piqué Curtiss SB2C ("Helldiver") a sauté la barrière d'atterrissage de BATAAN et endommagé quatre avions. Le 14, alors que la task force faisait le plein, un chasseur du CAP de BATAAN a poursuivi un "Betty" sur 65 milles avant de finalement éclabousser le bombardier japonais. Le groupe de travail a navigué pour les îles Bonin ce soir-là.

Ordonné de frapper Iwo et Chichi Jima dans le but d'attraper les aérodromes remplis d'avions japonais se dirigeant vers les Mariannes, des raids de chasseurs et de bombardiers ont frappé les îles le 15. Pendant ce temps, les avions de BATAAN, pilotant comme d'habitude CAP et ASP, bombardaient et endommageaient lourdement le TATSUTAGAWA MARU de 1 900 tonnes. Le 16 juin, après un balayage matinal de chasseurs sur Iwo Jima, le groupe de travail a reçu des rapports d'une grande force japonaise fermant les Mariannes des Philippines. Éliminant les frappes prévues de l'après-midi sur Iwo Jima, le groupe opérationnel de BATAAN se précipita vers le sud pour rejoindre la TF 58.

Son groupe a rendez-vous avec les trois autres groupes de transporteurs rapides vers midi le 18 juin, à quelque 150 milles à l'ouest de Saipan. De sa position sur le bord nord de la force opérationnelle, BATAAN a participé à la bataille de la mer des Philippines. Bien que les avions de recherche américains n'aient pas réussi à repérer les neuf porte-avions japonais qui approchaient, la présence de « fouineurs » ennemis basés à Guam autour de la force opérationnelle américaine a indiqué que les Japonais les avaient trouvés.

Dans la matinée du 19, en attendant des nouvelles des missions de recherche à l'aube, BATAAN a lancé des avions CAP et ASP pour garder le TG 58.1. Ces patrouilles se sont avérées utiles lorsque, à 9 h 25, un « Avenger » a abattu un hydravion de chasse Nakajima A6M2 (« Rufe »). Moins d'une heure plus tard, à partir de 10 h 14, des rapports faisant état de plusieurs raids ennemis ont amené le porte-avions léger à lancer tous ses chasseurs disponibles. Au cours des six heures suivantes, les combattants de BATAAN ont aidé à briser quatre raids majeurs, perturbant les attaques japonaises qui en ont résulté. Une seule formation ennemie s'est approchée du TG 58.1 et, sur les 16 bombardiers-torpilleurs qu'il contenait, un seul avion s'est approché suffisamment pour être éclaboussé par un tir antiaérien écran. Le transporteur léger a également envoyé une frappe de TBM contre Rota vers midi pour aider à supprimer les avions japonais basés à terre. Au cours du premier jour de la bataille de la mer des Philippines, l'avion BATAAN a revendiqué 10 avions ennemis détruits sur les quelque 300 avions japonais perdus dans la bataille surnommée le « Great Marianas Turkey Shoot ».

Le matin du 20, BATAAN a lancé CAP et ASP comme d'habitude et a navigué généralement vers l'ouest alors que la force opérationnelle se préparait pour un deuxième jour de bataille. Les porte-avions ennemis, cependant, avaient commencé à se retirer vers le Japon la veille au soir, et les avions de recherche américains ne pouvaient pas les trouver. La seule excitation pour les avions de BATAAN s'est produite à 13 h 20 lorsqu'un "Hellcat" a éclaboussé une "Betty" seule près du groupe de travail. Enfin, après avoir entendu un rapport d'observation à 16 h 13, le porte-avions léger a lancé 10 chasseurs pour accompagner une frappe massive de 206 avions. Le raid, attrapant les Japonais en retraite au crépuscule, coula le porte-avions léger HIYO et en endommagea un autre. Les avions américains sont ensuite retournés à leurs porte-avions, atterrissant difficilement dans l'obscurité après que le groupe de travail eut allumé son pont et ses projecteurs. Finalement, deux avions YORKTOWN ont atterri sur BATAAN, dont le deuxième s'est écrasé et a encrassé le pont. Neuf des propres chasseurs du porte-avions léger ont atterri sur d'autres porte-avions et un a été perdu.

Après une poursuite futile en poupe le lendemain, la task force américaine abandonna la poursuite et rebroussa chemin vers les Mariannes. Le 23 juin, les avions du porte-avions léger bombardèrent l'île de Pagan, endommageant l'aérodrome et abattant quatre « Zekes » et un « Betty ». Cet après-midi-là, le TG 58.1 se dirigea vers le nord-ouest en direction des îles Bonin, tentant d'achever les attaques annulées le 16. BATAAN a lancé 17 chasseurs pour l'attaque d'Iwo Jima à l'aube du 24, mais ceux-ci, ainsi que les 34 "Hellcats" de YORKTOWN et HORNET, ont rencontré une attaque japonaise à mi-chemin. Une deuxième mêlée s'est développée près des porte-avions lorsqu'un autre raid japonais s'est mêlé à la force opérationnelle CAP. Le groupe aérien de BATAAN a perdu trois avions dans ces combats mais en a réclamé 25 en retour. Le groupe de travail se retira ensuite vers les Marshalls, jetant l'ancre à Eniwetok le 27.

Le bref répit a pris fin lorsque le groupe de travail a navigué vers les Bonins le 30 juin. Les avions du groupe de travail ont frappé à Iwo Jima les 3 et 4 juillet, interdisant les efforts japonais pour renforcer Guam. L'équipage du navire de guerre, cependant, a subi une autre perte le 4 lorsqu'un câble d'arrêt rompu a tué un homme et en a blessé trois autres. En préparation des débarquements prévus à Guam à la mi-juillet, les avions de BATAAN ont effectué des ratissages au-dessus de l'île de Pagan le 5, puis ont bombardé à plusieurs reprises Guam du 6 au 11 juillet. Le 12, l'ascenseur avant du porte-avions léger s'est définitivement cassé et il a reçu l'ordre de rentrer chez lui pour des réparations. Elle a fumé par Eniwetok et Oahu avant d'arriver à San Francisco le 30 juillet.

BATAAN est entré dans les cales sèches navales à Hunters Point le même jour et, au cours des deux mois suivants, les ouvriers du chantier ont réparé son ascenseur, peint la coque et installé une deuxième catapulte, un radar de recherche aérienne, un éclairage de pont, un arrimage de fusée et un deuxième barrière d'atterrissage d'avion. Elle est devenue en route pour Hawaï le 7 octobre, en arrivant à Pearl Harbor le 13ème.

Affecté au TG 19.5, BATAAN passa les quatre mois suivants à se préparer pour les opérations contre les îles Bonin et Ryukyu. Ces groupes - en particulier les îles d'Iwo Jima et d'Okinawa - étaient les cibles des invasions américaines prévues pour le début de 1945. Le premier devait fournir des aérodromes d'urgence aux B-29 bombardant le Japon depuis les Mariannes et une base pour leurs escortes de chasseurs, tandis que le second était nécessaire pour soutenir toute invasion future des îles japonaises.

BATAAN a passé la plupart des mois de novembre et décembre à mener des exercices d'entraînement des pilotes et des opérations de chasse de nuit dans les eaux hawaïennes. Sept avions ont été perdus dans des accidents, dont un "Wildcat" qui s'est écrasé sur sa pile numéro 2, mais seuls deux pilotes ont été blessés. En janvier et février 1945, l'objectif des opérations d'entraînement s'est déplacé vers la direction des chasseurs de nuit et les exercices d'attaque au sol. Les accidents ont fait cinq autres avions, dont un chasseur Vought F4U ("Corsair") qui a brûlé sur le pont d'envol le 28 janvier 1945, mais là encore, aucun pilote n'a été perdu. Le porte-avions léger est entré dans le Pearl Harbor Navy Yard le 16 février, subissant des réparations à son poste de pilotage et recevant trois nouveaux canons antiaériens de 40 millimètres.

Le 3 mars, le BATAAN a quitté Pearl Harbor pour Ulithi, arrivant à cet atoll le 13. Là, elle rejoint la Task Unit (TU) 58.2.1, un convoi ad hoc comprenant FRANKLIN (CV 13), HANCOCK (CV 19), SAN JACINTO (CVL 30), deux cuirassés, deux croiseurs lourds et une foule de destroyers formés pour le court voyage de retour au groupe de travail Fast Carrier. Une fois reconstitué, le TF-58 s'est lancé dans une vaste série de raids pour ramollir l'ennemi et soutenir la dernière opération amphibie majeure de la guerre, l'invasion d'Okinawa. Chargés de réprimer les avions japonais sur Kyushu, l'une des îles d'origine japonaises, des frappes de chasseurs et de bombardiers ont touché les aérodromes le 18 mars et ont frappé les bases navales japonaises de Kure et Kobe. Au cours des trois jours suivants, les contre-attaques vigoureuses des avions japonais ont été pour la plupart interrompues par le CAP, bien que quelques avions soient passés au travers et endommagent gravement le FRANKLIN. D'autres attaques ont visé BATAAN, dont les canons antiaériens ont tiré pour la première fois pour de bon, affirmant avoir tué deux "Judy's" et un bombardier Nakajima B6N ("Jill"). Le groupe aérien de BATAAN a perdu quatre avions dans ces actions tandis que la compagnie du navire a perdu un homme et onze blessés à cause de fragments d'obus.

Entre le 23 et le 28 mars, les avions de BATAAN ont frappé Kerama Retto et effectué des balayages de chasse au-dessus d'Okinawa. Elle a ensuite lancé un raid d'une journée sur Kyushu le 29, où ses combattants ont revendiqué une "Judy", avant de retourner aux opérations d'Okinawa. Après les débarquements amphibies là-bas le 1er avril, le porte-avions léger a survolé le CAP au-dessus des forces amphibies et a commencé des frappes aériennes intensives à l'appui des opérations du Corps des Marines à terre. Ses avions ont également attaqué le sud de Kyushu, où les kamikazes japonais avaient tendance à "s'entasser" avant les attaques majeures.

Le 7 avril, les avions de BATAAN ont participé à la bataille de la mer de Chine orientale, lorsque des avions de recherche américains ont repéré une force opérationnelle japonaise construite autour du cuirassé YAMATO. Des essaims d'avions porteurs ont attaqué la force japonaise alors qu'elle se dirigeait vers le sud dans un effort désespéré pour perturber l'invasion américaine d'Okinawa. Les pilotes de BATAAN ont réclamé quatre coups de torpille sur le cuirassé géant, ainsi que des coups sur un croiseur et deux destroyers, qui ont aidé à couler la majeure partie de la force opérationnelle japonaise.

BATAAN a passé les 10 jours suivants à alterner entre des balayages de CAP sur Okinawa et des frappes aériennes sur le sud de Kyushu et les îles voisines. Tous les trois jours environ, il se retira vers l'est pour se ravitailler ou se réarmer et se ravitailler en mer. Au cours de quatre attaques ennemies contre le groupe opérationnel au cours de cette période, un membre d'équipage a été tué et 24 blessés lorsque le navire a été aspergé de fragments d'obus.

Le 18 avril, BATAAN a lancé une patrouille anti-sous-marine qui a aidé au naufrage du sous-marin japonais I-56. Suite à ce changement de rythme, son avion est revenu à plusieurs semaines d'attaques aériennes exténuantes sur Okinawa et Kyushu. La contre-attaque japonaise la plus lourde a eu lieu le 14 mai, entraînant une véritable "pluie" d'éclats d'obus sur BATAANn, tuant huit membres d'équipage et en blessant 26 autres. Au cours de ces opérations d'avril et de mai, les artilleurs et pilotes du porte-avions léger ont revendiqué une part de dizaines de victimes, au prix de neuf avions et quatre membres d'équipage. Enfin, le 29 mai, elle a fumé au sud aux Philippines, jetant l'ancre dans la Baie de San Pedro le 1 juin.

Après un mois de réparations mineures au navire de guerre et de liberté pour son équipage, le BATAAN a navigué en compagnie du TG 38.3 le 1er juillet pour les îles japonaises. Là, les avions du porte-avions léger ont frappé des aérodromes dans la région de la baie de Tokyo le 10, ont touché des installations côtières dans le nord de Honshu et Hokkaido les 14 et 15 juillet et ont contribué à endommager le cuirassé NAGATO dans le port de Yokosuka le 18. Puis, après une retraite de ravitaillement entre le 19 et le 23 juillet, ses avions ont frappé la base navale de Kure le 24, aidant à couler le cuirassé-transporteur HYUGA et 15 petites embarcations dans le port. Le mauvais temps a annulé la plupart de ses frappes aériennes à la fin du mois, limitant ses avions aux attaques des 28 et 30 juillet et, comme un typhon a traversé la région, les raids n'ont repris que le 9 août. Ce jour-là, ses avions ont frappé l'aérodrome de Misawa dans le nord du Japon et, le 10, ils ont frappé Aomori.Elle est revenue à Honshu le 13, travaillant sur la région de Tokyo jusqu'à 0635 le 15 août quand toutes les grèves ont été annulées suite aux nouvelles que les Japonais avaient l'intention de se rendre.

Du 16 au 24 août, le BATAAN a flâné au large de la côte est du Japon en attendant des instructions sur les dispositions de reddition. Puis, le 25 août, ses avions ont commencé à patrouiller au-dessus des postes de piquetage de sauvetage des destroyers à proximité et à des missions de recherche au-dessus de Shikoku et du sud de Honshu. Selon son journal de guerre, la "seule activité anti-aérienne consiste à lancer des pierres par quelques petits garçons". Après la cérémonie officielle de reddition le 2 septembre, les avions de BATAAN larguèrent des ravitaillements aux prisonniers de guerre alliés au camp de Zentzuji à Shikoku. Le porte-avions léger a pénétré dans la baie de Tokyo le 6 pour récupérer des membres d'équipage à terre avant de partir pour Okinawa cet après-midi. Après avoir pris 549 passagers là-bas, elle a navigué pour la maison le 10 septembre, en fumant via Pearl Harbor et le Canal de Panama et en arrivant à New York le 17 octobre.

BATAAN a ensuite navigué vers Providence, R.I., le 24, puis vers le chantier naval de Boston le 30. Après deux semaines de réparations, il a été converti en transport de troupes en vue des opérations "Magic-Tapis". Le BATAAN a navigué pour l'Europe le 21 novembre et, après avoir traversé des eaux inconnues de l'Atlantique et de la Méditerranée, a amarré dans le port de Naples le 29. Elle embarqua 2 121 officiers et hommes de l'armée et partit pour la maison le 30. Arrivé à Norfolk le 8 décembre, le navire de guerre transportant des troupes a ensuite ramené 890 prisonniers de guerre italiens à Naples, où il est arrivé le 23. Le lendemain, le BATAAN est sorti de la baie de Naples avec 2 089 soldats de l'armée embarqués et est arrivé à Norfolk le 2 janvier 1946.

Le 7, le BATAAN est devenu en route pour Philadelphie où il s'est présenté pour inactivation au chantier naval de Philadelphie le 10 janvier. Après sa conversion en porte-avions de guerre anti-sous-marine (ASW), il est mis hors service, en réserve, le 11 février 1947.

En 1949, l'intensification des tensions internationales entre les États-Unis et l'OTAN d'une part, et l'Union soviétique et la Chine communiste d'autre part, a conduit l'administration Truman à demander plus de dépenses militaires. En réponse, le budget du ministère de la Défense et celui de la Marine ont commencé à augmenter en 1950. BATAAN a été remis en service le 13 mai 1950 à Philadelphie, sous le commandement du capitaine Edgar T. Neale. Le 25 juin, alors qu'il équipait le porte-avions léger, son équipage entendit parler de l'invasion communiste nord-coréenne de la Corée du Sud. Deux jours plus tard, sous les auspices des Nations Unies (ONU), les États-Unis sont intervenus dans le conflit. Soudainement nécessaire pour former et livrer des pilotes et des avions sur le théâtre coréen, BATAAN s'est distingué par la côte ouest le 15 juillet, a traversé le canal de Panama le 21 et est arrivé à San Diego le 28 juillet.

Bataan passa les quatre mois suivants à mener des opérations d'entraînement à partir de San Diego. Ceux-ci comprenaient des exercices généraux d'équipage, la manutention des navires et les opérations d'unité de tâche. Elle a également embarqué des escadrons aéronavals pour des qualifications d'atterrissage de porte-avions et des exercices de guerre anti-sous-marine. Le 16 novembre, le BATAAN a chargé le fret et le personnel de l'Air Force et a navigué pour le Japon, arrivant à Yokohama le 28 novembre. Après avoir déchargé sa cargaison là-bas, et à Kobe et Sasebo, elle a navigué le 14 décembre pour se présenter au service avec la Force opérationnelle (TF) 77 au large de la côte nord-est de la Corée.

BATAAN a rejoint le groupe de travail le 16 décembre à un moment critique du conflit. Depuis le 24 novembre, date à laquelle une trentaine de divisions communistes chinoises étaient intervenues dans la guerre de Corée, des combats acharnés avaient contraint les troupes de l'ONU à se retirer des rivières Yalu et Taedong. À la mi-décembre, les troupes américaines et sud-coréennes sur la côte est se sont repliées sur Hungnam. Les soldats, ainsi que leurs véhicules, leurs fournitures et près de 100 000 réfugiés coréens, étaient expédiés vers le sud jusqu'au périmètre de Pusan. Le 22 décembre, BATAAN a commencé à faire voler des chasseurs Vought F4U-4 ("Corsairs") du Marine Fighter Squadron (VMF) 212 au-dessus de Hungnam pour aider à couvrir la phase finale de cette évacuation. Ses avions, ainsi que des avions de SICILE (CVE 118) et du DÉTROIT DE BADOENG (CVE 116), ont fourni une couverture aérienne aux forces terrestres et à la navigation dans la zone portuaire. Après la fin de l'évacuation le 24 décembre, ses « Corsairs » ont ensuite effectué des missions de reconnaissance armée et d'appui aérien rapproché au-dessus des montagnes centrales le long du 38e parallèle.

Le 31 décembre, une deuxième offensive communiste a poussé au sud vers Séoul et Hanchon. Pour tenter d'endiguer la marée, le BATAAN a été réaffecté au groupe de travail (TG) 96.9 sur la côte ouest de la Corée. Là, ses avions ont attaqué les concentrations de troupes ennemies sous Séoul, aidant à bloquer la poussée communiste vers le sud. Après une période de ravitaillement à Sasebo entre le 9 et le 15 janvier 1951, le BATAAN relève le HMS THESEUS dans la mer Jaune le 16.

Portant le drapeau du commandant de l'élément de tâche (CTE) 95.1.1, la mission de BATAAN était de bloquer la côte ouest de la Corée. Ce devoir, partagé avec un porte-avions d'escorte britannique, consistait en neuf jours de vol et un jour de ravitaillement en mer, un jour de passage au Japon et retour, puis une semaine à Sasebo ou Yokosuka pour le repos et l'entretien. Pendant qu'il était en poste, BATAAN effectuait généralement 40 sorties par jour - huit vols CAP défensifs, le reste étant divisé entre des missions d'appui aérien rapproché (CAS), de reconnaissance armée (AR) et d'interdiction. Pour les CAS des forces terrestres, les contrôleurs aériens tactiques faisaient généralement appel aux "Corsaires" de BATAAN pour les attaques à la bombe, à la roquette et au napalm sur des positions ennemies connues. Les missions Daylight AR se sont concentrées sur l'arrêt du trafic routier ennemi et le bombardement des gares et des ponts ferroviaires. La première patrouille a révélé la nature dangereuse de ce travail lorsque, entre le 16 et le 26 janvier, le VMF-212 a perdu trois "Corsairs", ainsi que deux pilotes, sous les tirs d'armes légères ennemies.

Au cours des deux mois suivants, BATAAN a mené trois autres patrouilles en mer Jaune. En février et mars, le porte-avions léger a soutenu la contre-attaque de l'ONU vers Inchon et Séoul, concentrant ses attaques aériennes sur la région de Chinnampo. Ces vols comprenaient également des missions de repérage aérien lorsque les croiseurs SAINT PAUL (CA 73) et HMS BELFAST ont tiré sur des cibles avant l'avancée des troupes de l'ONU. Sur les trois "Corsairs" abattus par des tirs antiaériens communistes au cours de ces missions, deux pilotes ont été secourus en toute sécurité par des hélicoptères de recherche et de sauvetage (SAR).

Le 8 avril, après que les porte-avions rapides de la TF 77 aient navigué vers le sud jusqu'à Formose - parce que les rapports de renseignement suggéraient que les communistes chinois pourraient y attaquer - BATAAN et HMS THESEUS les ont remplacés dans la mer du Japon. Les deux porte-avions légers, protégés par une paire de destroyers américains et quatre escortes du Commonwealth britannique, ont maintenu leur rôle "multinational" dans le maintien du blocus de la côte ouest. Les "Corsairs" du VMF-312 ainsi que les chasseurs britanniques Fairey Mark 5 ("Firefly") et Hawker Mark 11 ("Sea Fury") ont bombardé et mitraillé les routes d'approvisionnement communistes près de Wonsan, Hamhung et Songjin. Cinq avions et un pilote ont été perdus au profit des défenses antiaériennes communistes.

Après une courte visite à Sasebo entre le 16 et le 20 avril, le BATAAN a repris ses patrouilles en alternance avec le HMS THESEUS au large de la côte ouest de la Corée. Le 21 avril, lors d'un incident inhabituel, deux "Corsairs" du VMF-312 ont été "sautés" par quatre chasseurs Yakovlev Type 3U ("Yaks") près de Chinnampo. Le capitaine du Corps des Marines Philip C. DeLong a abattu deux des « Yaks » de fabrication russe et en a gravement endommagé un troisième, tandis que le 1er lieutenant Harold D. Daigh, USMCR, a abattu le quatrième. Selon le capitaine DeLong, les pilotes nord-coréens "étaient considérablement inférieurs en capacité de vol aux Japonais de la Seconde Guerre mondiale".

Le lendemain, les troupes communistes ont lancé une autre attaque lourde vers Séoul, et les avions de BATAAN ont effectué 136 sorties d'appui aérien rapproché contre eux au cours des quatre jours suivants. Après une brève période de ravitaillement et d'entretien à Sasebo entre le 27 et le 30 avril, le BATAAN est revenu en mer Jaune le 1er mai. En compagnie du HMS GLORY, il lança 244 sorties offensives contre les concentrations de troupes ennemies, aidant à ralentir puis à inverser l'offensive communiste le 10 mai. Plus tard dans le mois, les « Corsaires » de BATAAN se sont concentrés sur la destruction des jonques et des sampans dans l'estuaire de Taedong Gang jusqu'à ce que le mauvais temps annule les opérations aériennes. Au cours de ces frappes, un pilote et un avion ont été perdus après avoir été touchés par des tirs au sol de 40 millimètres à l'est d'Anak.

Relevé le 3 juin par un porte-avions britannique, le BATAAN se rend au Japon ce soir-là. Le lendemain matin, elle a décollé des avions du VMF-312 vers la base aérienne d'Itami et s'est amarrée à Sasebo cet après-midi-là. Le 5 juin, le porte-avions léger se rend à Kobe, où le reste du VMF-312 quitte le navire. Après s'être rendu à Yokosuka pour son inspection administrative annuelle, le BATAAN a quitté le Japon pour rentrer chez lui le 13, pour finalement s'amarrer dans le port de San Diego le 25 juin.

Après deux semaines de repos et de récréation pour son équipage, le BATAAN s'est rendu à Bremerton, Washington, le 9 juillet pour une révision complète au chantier naval de Puget Sound. Lorsque ces réparations ont été terminées, le BATAAN a fumé à San Diego le 7 novembre pour un entraînement en cours et de remise à niveau. Au cours des 10 semaines suivantes, elle a mené des qualifications d'atterrissage de porte-avions et des exercices d'ASW en vue d'un deuxième déploiement en Extrême-Orient.

Le BATAAN est parti pour Yokosuka le 27 janvier 1952, arrivant dans la baie de Tokyo le 11 février après avoir essuyé une violente tempête hivernale. Là, elle a embarqué le Scouting Squadron (VS) 25 et, en compagnie de CHEVALIER (DDR 805), a fumé vers le sud jusqu'à Buckner Bay, Okinawa, pour des exercices ASW. Entre le 24 février et le 12 avril, le BATAAN a mené trois exercices de guerre anti-sous-marine « hunter-killer » dans les eaux autour d'Okinawa. Destinés à préparer les forces alliées à combattre la flotte de sous-marins soviétiques en cas d'intervention soviétique en Corée, ces exercices opposent les avions de BATAAN, y compris des hélicoptères, aux sous-marins « ennemis » BLACKFIN (SS 322), CAIMAN (SS 323) et GREENFISH (SS 351).

Après avoir fait le plein de carburant et reconstitué à Yokosuka et Sasebo, le porte-avions léger a embarqué le Marine Attack Squadron (VMA) 312 à Kobe et a quitté le Japon pour des opérations au large de la Corée le 29 avril. Elle a relevé le HMS GLORY en tant que CTE-95.1.1 le même jour et a commencé des sorties de combat le 30. Depuis juin 1951, la guerre de Corée s'était enlisée dans une impasse militaire, les deux camps s'enfonçant lourdement le long du 38e parallèle. Chargés d'interdire les routes de ravitaillement communistes entre Hanchon et Yonan, les avions de BATAAN ont effectué 30 sorties offensives par jour, bombardant des décharges de ravitaillement, des voies ferrées, des ponts et le trafic routier.

Sa seule perte d'avion de cette « tournée en ligne » a eu lieu le 22 mai lorsqu'un « Corsair » a été abattu par des tirs au sol au nord de Pyongyang. Alors que deux autres combattants ont assuré la couverture, le pilote a été secouru par un hélicoptère de l'Air Force. Le même jour, un autre "Corsair" a éjecté une fusée accrochée en atterrissant sur BATAAN. La fusée a rebondi sur le pont d'envol et a explosé, blessant trois membres d'équipage. Il n'a subi aucune autre perte ce mois-là et le 28 mai, il a été relevé par le HMS OCEAN.

Après avoir navigué jusqu'à Yokosuka pour réparer son pont d'envol, le BATAAN a effectué trois autres "tours de ligne" de la mer Jaune en juin et juillet, poursuivant la tâche lente et frustrante d'attaquer les lignes d'approvisionnement communistes. Le porte-avions léger s'est rendu à Kobe le 4 août, puis à Yokosuka le 8, avant de rentrer chez lui deux jours plus tard. Le navire de guerre est arrivé à San Diego, via Pearl Harbor, le 26 août.

Le BATAAN est entré dans le chantier naval de Long Beach le 11 septembre pour une révision et y est resté trois semaines. Elle a ensuite effectué deux semaines d'atterrissages de qualification de porte-avions, avec le VS-21, le VS-23 et le VS-871, jusqu'à ce qu'elle commence les préparatifs de son troisième déploiement en Extrême-Orient le 19 octobre. Le navire de guerre s'est distingué pour Okinawa le 28 octobre, a fumé via Pearl Harbor et a jeté l'ancre dans la baie de Buckner le 15 novembre.

Bien que les craintes d'une intervention soviétique en Corée aient diminué, les exercices ASW sont restés importants pour les unités opérant au large de la Corée. BATAAN a mené deux de ces opérations, l'une du 23 au 29 novembre et l'autre du 17 au 23 décembre. La première opération comprenait une sortie « opposée » contre SEA DEVIL (SS 400) et SCABBARDFISH (SS 397), des recherches de sous-marins « chasseurs-tueurs » et des patrouilles ASW générales. Elle a également pratiqué le suivi des avions à réaction avec des chasseurs nord-américains F-86 ("Sabres") opérant à partir de l'aérodrome de Kadena au Japon. Le deuxième exercice comprenait des exercices d'interception de contre-mesures électroniques (ECM) contre SEGUNDO (SS 398) et un entraînement ASW à longue portée avec Lockheed P2V "Neptunes".

Le 9 février 1953, après deux autres exercices de transit ASW entre Buckner Bay et Yokosuka, le BATAAN embarque le VMA-312 pour des opérations au large de la Corée. Elle a relevé le HMS GLORY en tant que commandant de l'unité de tâche (CTU) 95.1.1 le 15 et a commencé à effectuer des missions de combat le même jour. En plus des patrouilles de reconnaissance armées habituelles le long de la côte, ses "Corsairs" du Corps des Marines ont matraqué les concentrations de troupes chinoises au sud de Chinnampo et sur la péninsule d'Ongjin. Ces attaques étaient particulièrement utiles parce que des rapports partisans amis indiquaient que les troupes chinoises se massaient pour des attaques sur des îles contrôlées par l'ONU à proximité du continent.

BATAAN a mené quatre autres « visites en ligne » entre le 7 mars et le 5 mai. Malgré le mauvais temps de vol associé au dégel printanier, le VMA-312 a continué d'attaquer les concentrations de troupes ennemies et les dépôts de ravitaillement signalés par les partisans amis. Les "Corsaires" ont également travaillé sur les routes, les voies ferrées et surtout les ponts, car les eaux de crue ont entravé les efforts de réparation communistes.

Après deux jours de liberté à Yokosuka, BATAAN a navigué pour la maison, via Pearl Harbor, le 10 mai, arrivant à San Diego le 26. Elle subissait des réparations là-bas le 27 juillet lorsque son équipage a entendu parler de l'armistice signé à Panmunjom en Corée. Elle a ensuite chargé des avions et du matériel à destination du Japon et a navigué le 31 juillet pour un voyage aller-retour vers Kobe et Yokosuka. En revenant à Pearl Harbor plus tard ce mois-là, elle s'est présentée pour une révision de pré-inactivation le 26 août. Après avoir déménagé au chantier naval de San Francisco, le BATAAN a été désarmé le 9 avril 1954 et affecté à la flotte de réserve du Pacifique à San Francisco. Bien qu'elle ait été reclassée en tant qu'avion de transport auxiliaire et rebaptisée AVT 4 le 15 mai 1959, son nom a été rayé de la Navy List le 1er septembre 1959. Elle a été vendue à Nicolai Joffe Corp., Beverly Hills, Californie, le 19 juin 1961 pour mise au rebut.

BATAAN a reçu six étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale et trois étoiles de bataille pour ses services pendant le conflit coréen.


Mục lục

Détroit de Badoeng, với tên ban u là Baie de San Alberto, được đặt lườn tại xưởng tàu của hãng Todd Pacific Shipyards ở Tacoma, Washington vào ngày 18 tháng 8 năm 1944. Nó được đổi tên thành Détroit de Badoeng vào ngày 6 tháng 11 năm 1944 trước khi hạ thủy vào ngày 15 tháng 2 năm 1945 được đầu bởi bà TH Binford, và nhập biên chế vào ngày 14 thâg 11 năm Hm 1945 chngái huyền A. Turner, Jr.

Trình diện phục vụ cùng Hạm đội Thái Bình Dương, Détroit de Badoeng Hot động à San Diego, Californie cho n tháng 3 năm 1946, khi nó thực hiện một chuyến đi ngắn n khu vực quần đảo Hawaii. Con tàu được cho xuất biên chế vào ngày 20 tháng 4 năm 1946 nhưng lại được cho nhập biên chế trở lại vào ngày 6 tháng 1 năm 1947.

Du 2, 1947 au 6, 1950, Détroit de Badoeng hot động tại khu vực Thái Bình Dương, thử nghiệm thiết bị chống tàu ngầm mới, huấn luyện nhân sự, và tham gia nhiều cuộc thực tập chốngầng t Trong những khoảng thời gian khác nhau, nó từng đảm nhiệm vai trò soái hạm cho các Đội tàu sân bay 17 và Đội tàu sân bay 15.

Du 7, 1950 au 2, 1953, Détroit de Badoeng hoàn tất ba lượt phục vụ trong cuộc Chiến tranh Triều Tiên: từ ngày 29 tháng 7, 1950 n ngày 23 tháng 1, 1951 từ ngày 2 tháng 10, 1951 n ngày 14 tháng 2, 1952 và 10g, 1952 ngày 11 tháng 2, 1953. Nó đã hoạt động tuần tra chống tàu ngầm và tham gia lực lượng hộ tống và phong tỏa, khi máy bay của nó hỗ trợ gần mặt đất t n cho cuộc cu .

Sau khi quai trở về Hoa Kỳ, Détroit de Badoeng c hiện đại hóa đáng kể từ tháng 4 n tháng 9, 1953, rồi tiếp tục hoạt động thử nghiệm thiết bị và chiến thuật chống tàu ngầm mới, vớánt cng nhiều cuộc tập trận, và thực hành cùng máy bay trực thăng Thủy quân Lục chiến. Nó còn có một lượt phục vụ khác tại Viễn Đông, và tham gia Chiến dịch Redwing, cuộc thử nghiệm bom khinh khí tại o san hô Bikini từ tháng 2 đến. tháng

Vào ngày 14 tháng 1, 1957, Détroit de Badoeng Je suis à Bremerton, dans l'État de Washington, je suis en train de tourner à plein régime. Nó được cho xuất biên chế vào ngày 17 tháng 5, 1957 và đưa về thành phần dự bị.Con tàu bị tháo dỡ vào năm 1972.

Détroit de Badoeng được tặng thưởng danh hiệu Đơn vị Tưởng thưởng Hải quân cùng sáu Ngôi sao Chiến trận do thành tích phục vụ trong Chiến tranh Triều Tiên.


Notre Newsletter

Description du produit

USS Badoeng Strait CVE 116

Livre Croisière 1950

Donnez vie au livre de croisière avec cette présentation multimédia

Ce CD dépassera vos attentes

Une grande partie de l'histoire navale.

Vous achèteriez le USS Badoeng Strait CVE 116 réservation de croisière pendant cette période. Chaque page a été placée sur un CD pour des années de visionnage agréable sur ordinateur. Les CD est livré dans une pochette en plastique avec une étiquette personnalisée. Chaque page a été améliorée et est lisible. Les livres de croisière rares comme celui-ci se vendent cent dollars ou plus lors de l'achat de la copie papier réelle si vous pouvez en trouver un à vendre.

Cela ferait un excellent cadeau pour vous-même ou pour quelqu'un que vous connaissez qui a peut-être servi à son bord. Généralement seulement UNE personne dans la famille a le livre original. Le CD permet à d'autres membres de la famille d'en avoir également une copie. Vous ne serez pas déçu, nous le garantissons.

Certains des éléments de ce livre sont les suivants :

  • Photos de groupe divisionnaire avec des noms
  • De nombreuses photos d'activités d'équipage
  • Transporteur Div 8
  • Liberté au Japon
  • Fête des navires
  • Repos et relaxation
  • Et bien plus

Plus de 216 photos sur environ 98 pages.

Une fois que vous aurez consulté ce livre, vous saurez à quoi ressemblait la vie sur ce transporteur d'escorte pendant cette période.

Bonus supplémentaire :

  • Plusieurs images supplémentaires du USS Badoeng Strait CVE 116 (Archives nationales)
  • Audio de 6 minutes de " Sounds of Boot Camp " à la fin des années 50 début des années 60
  • D'autres éléments intéressants incluent :
    • Le serment d'enrôlement
    • Le credo des marins
    • Valeurs fondamentales de la marine des États-Unis
    • Code de conduite militaire
    • Origines de la terminologie de la marine (8 pages)
    • Exemples : Scuttlebutt, Chewing the Fat, Devil to Pay,
    • Hunky-Dory et bien d'autres.

    Pourquoi un CD au lieu d'un livre papier ?

    • Les images ne se dégraderont pas avec le temps.
    • CD autonome aucun logiciel à charger.
    • Vignettes, table des matières et index pour visualisation facile référence.
    • Visualisez comme un flip book numérique ou regardez un diaporama. (Vous définissez les options de synchronisation)
    • Fond musique patriotique et sons de la marine peut être activé ou désactivé.
    • Les options d'affichage sont décrites dans la section d'aide.
    • Marquez vos pages préférées.
    • La qualité sur votre écran peut être meilleure qu'une copie papier avec la possibilité de agrandir n'importe quelle page.
    • Diaporama de visualisation pleine page que vous contrôlez avec les touches fléchées ou la souris.
    • Conçu pour fonctionner sur une plate-forme Microsoft. (Pas Apple ou Mac) Fonctionne avec Windows 98 ou supérieur.

    Commentaire personnel de "Navyboy63"

    Le CD de livre de croisière est un excellent moyen peu coûteux de préserver le patrimoine familial historique pour vous-même, vos enfants ou vos petits-enfants, surtout si vous ou un être cher avez servi à bord du navire. C'est un moyen de se connecter avec le passé, surtout si vous n'avez plus le lien humain.

    Si votre être cher est toujours avec nous, il pourrait considérer cela comme un cadeau inestimable. Les statistiques montrent que seulement 25 à 35% des marins ont acheté leur propre carnet de croisière. Beaucoup auraient probablement souhaité l'avoir fait. C'est une belle façon de leur montrer que vous vous souciez de leur passé et que vous appréciez le sacrifice qu'eux et beaucoup d'autres ont fait pour vous et le LIBERTÉ de notre pays. Serait également idéal pour les projets de recherche scolaire ou tout simplement l'intérêt personnel pour la documentation de la Seconde Guerre mondiale.

    Nous n'avons jamais su à quoi ressemblait la vie d'un marin pendant la Seconde Guerre mondiale jusqu'à ce que nous commencions à nous intéresser à ces grands livres. Nous avons trouvé des photos dont nous ignorions l'existence d'un parent qui a servi sur l'USS Essex CV 9 pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est décédé très jeune et nous n'avons jamais eu la chance d'entendre beaucoup de ses histoires. D'une manière ou d'une autre, en visionnant son livre de croisière que nous n'avions jamais vu jusqu'à récemment, la famille a renoué avec son héritage et son héritage naval. Même si nous n'avons pas trouvé les photos dans le livre de croisière, c'était un excellent moyen de voir à quoi ressemblait la vie pour lui. Nous les considérons maintenant comme des trésors de famille. Ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants peuvent toujours être connectés à lui d'une manière dont ils peuvent être fiers. C'est ce qui nous motive et nous pousse à faire la recherche et le développement de ces grands livres de croisière. J'espère que vous pourrez vivre la même chose pour votre famille.

    Si vous avez des questions, veuillez nous envoyer un e-mail avant d'acheter.

    L'acheteur paie les frais d'expédition et de manutention. Les frais d'expédition en dehors des États-Unis varient selon l'emplacement.

    Consultez nos commentaires. Les clients qui ont acheté ces CD ont été très satisfaits du produit.

    Assurez-vous de nous ajouter à votre !

    Merci de votre intérêt!


    Alimenté par
    L'outil de référencement gratuit. Répertoriez vos articles rapidement et facilement et gérez vos articles actifs.

    Ce CD est pour votre usage personnel seulement

    Copyright © 2003-2010 Great Naval Images LLC. Tous les droits sont réservés.


    Voir la vidéo: Podcast - DESTINS MARITIMES - LEMDEN, croiseur du KAISER (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Sceotend

    Je suis fini, je m'excuse, mais cette variante ne se rapproche pas de moi.

  2. Nasir Al Din

    J'espère que tout va bien

  3. Haethowine

    On peut dire infiniment sur ce sujet.

  4. Harrington

    J'ai pensé et posé cette question

  5. Lasalle

    Je félicite, on vous a visité avec une excellente idée

  6. Eburacon

    Je considère que vous n'avez pas raison. Je peux le prouver.



Écrire un message