Des articles

Antoinette de Bourbon, duchesse de Guise

Antoinette de Bourbon, duchesse de Guise


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Antoinette de Bourbon, duchesse de Guise

Par Susan Abernethy

Antoinette de Bourbon était la formidable matriarche de la famille Guise au XVIe siècle en France. Elle a eu de nombreux enfants qui ont joué un rôle déterminant dans la politique internationale ainsi que dans la vie religieuse, y compris sa fille Mary of Guise, reine d'Écosse. Sa petite-fille était Mary Queen of Scots. Antoinette a vécu jusqu'à l'âge de quatre-vingt-neuf ans et la raison pour laquelle nous en savons tant sur elle est que beaucoup de ses lettres ont survécu à ce jour.

Antoinette de Bourbon-Vendôme est née le 25 décembre 1493 au Château de Ham, Picardie, France. Son père était François, comte de Vendôme et sa mère était Marie de Luxembourg, comtesse de Saint-Pol. On ne sait pas grand-chose de son enfance mais elle aurait reçu l’éducation d’une jeune femme de son statut pour l’époque. Nous savons certainement qu'elle savait lire et écrire grâce à ses nombreuses lettres. Elle était une descendante du XIIIe siècle Saint-Roi Louis IX de France. Elle a été décrite comme robuste avec des cheveux rouge foncé, de beaux yeux bleus, des traits aquilins et une manière vibrante. Elle était aussi une catholique très pieuse.

Les Guises étaient une puissante famille noble française avec des domaines dispersés dans le nord et l'est de la France. La résidence principale était en Champagne à Joinville. Claude, comte de Guise, était un héros militaire à dix-neuf ans et un ami personnel du roi de France. En 1510, on lui offre la main de Renée, la fille cadette du roi Louis XII, mais il refuse. Il avait déjà rencontré Antoinette et était tombé amoureux d'elle. Antoinette venait d'une bonne famille et avait une dot modérée. À l'été 1513, Antoinette et Claude se sont mariés dans l'église Saint-Paul à Paris. Le roi Louis XII et son gendre, le futur roi François Ier ont assisté à la cérémonie. Antoinette et Claude sont ensuite allés vivre à Bar-le-Duc près de Nancy. En septembre 1515, Claude a combattu dans la bataille de Marignano et a failli mourir.

En novembre 1515, Antoinette donne naissance au premier de ses nombreux enfants. Elle s'appelait Mary of Guise. La mère d’Antoinette, Marie du Luxembourg, et la mère de Claude, Philippa de Gueldre, assistaient toutes deux à la naissance de Marie et devinrent ses marraines. Une fois que Claude s'est remis de ses blessures de guerre, il est rentré chez lui auprès de sa femme et de sa nouvelle petite fille. Le deuxième enfant et premier fils d’Antoinette, Francis, est né à Bar-le-Duc en 1519.

Lorsque la mère de Claude, Philippa, se retira au couvent des Clarisses en décembre 1519, la famille Guise déménagea de Bar-le-Duc au château de Joinville. C'était une belle maison sur la Marne avec une chapelle et un cimetière, de beaux jardins, des vignes et des vergers. Il y avait cent serviteurs dans le château. Claude était souvent absent et comptait sur Antoinette pour administrer le ménage et le domaine. Elle a eu beaucoup de succès dans ses tâches, collectant suffisamment d’argent pour les obligations judiciaires de Claude avec assez de restes pour agrandir et améliorer leur maison. Le roi François I a créé le titre de duc de Guise et l'a accordé à Claude en 1528.

Nous ne savons pas combien de fausses couches ou de mortinaissances ont souffert Antoinette, mais elle a mis au monde douze enfants. Tous sauf deux ont survécu à l'enfance, ce qui était inhabituel pour l'époque. Nous avons déjà mentionné Marie et François. Les autres enfants d’Antoinette sont nés à Joinville. François a succédé à son père en tant que deuxième duc de Guise et était un chef catholique et lieutenant général du royaume de France. Louise est née en 1520 et a épousé Charles II de Croy, duc d'Arschot. Fille Renée est née en 1522 et est devenue abbesse de Saint-Pierre à Reims. Le fils Charles, né en 1524, était cardinal de Lorraine et archevêque de Reims. Claude, né en 1526, était duc d'Aumale. Louis, né en 1527, était cardinal de Guise, évêque de Metz et archevêque de Sens. Deux fils, Philippe et Pierre moururent jeunes. Une fille, également nommée Antoinette, est née en 1531 et est devenue abbesse de Faremoutiers. François, né en 1534, devient Grand Prieur de l’Ordre de Malte et son fils René II, né en 1536, est le marquis d’Elbeuf et ambassadeur de France en Écosse.

En août 1534, la fille aînée d'Antoinette, Mary, était mariée au duc de Longueville et elle eut son premier enfant, un fils prénommé Francis en 1535. Le duc de Longueville mourut, probablement de la variole en juin 1537. Marie était enceinte lorsque son mari mourut et Antoinette la rejoignit à la naissance de son second fils Louis en août. Louis n'a pas vécu longtemps. Le roi François Ier poussait Marie à épouser le roi Jacques V d'Écosse, qui avait récemment perdu sa femme, Madeleine de Valois. Mary s’est appuyée sur les conseils d’Antoinette lors des négociations de ce mariage qui ont été finalisées. Quand Mary est partie pour l'Écosse, Antoinette a emmené son jeune petit-fils Francis à Joinville pour être élevé avec ses autres enfants. Mary fit d'Antoinette l'administrateur de ses domaines de Longueville.

Alors que Mary of Guise était reine d'Écosse, elle s'est fortement appuyée sur les conseils de sa mère. Il y a beaucoup de lettres dans les deux sens entre la France et l'Écosse. Antoinette a bien voulu guider Mary dans les affaires ménagères et maternelles, en lui transmettant des nouvelles de la famille et des affaires politiques françaises. Ses lettres mentionnent à plusieurs reprises le jeune fils de Mary, Francis, la tenant informée de son état de santé car il souffrait de problèmes de santé.

Antoinette semblait avoir misé sur la réalisation de ses ambitions à travers ses enfants et petits-enfants. Elle les a instruits et guidés avec ses lettres. Pendant les guerres de religion en France, sa famille a dirigé la Ligue catholique. Même le roi de France François considérait Antoinette avec admiration. Lorsque Mary of Guise a donné naissance à sa fille, connue sous le nom de Mary Queen of Scots en décembre 1542, Antoinette a joué un rôle important dans son éducation. Sa première influence a été à travers son conseil de Marie de Guise. Lorsque James V mourut deux semaines après la naissance de sa fille, Mary of Guise prit la relève en tant que reine régente.

En août 1548, Marie de Guise a négocié pour envoyer sa jeune fille en France pour être élevée à la cour et pour épouser le dauphin François. Antoinette a rencontré sa petite-fille à son arrivée en France et ils se sont rendus ensemble à la crèche royale de Saint-Germain-en-Laye. C’est dans l’une des lettres d’Antoinette que nous avons la première description d’une jeune Mary Queen of Scots. Dans une lettre à l'un de ses fils, elle décrit la reine écossaise comme jolie et intelligente. Elle évoque ses cheveux châtains et son teint fin, délicat et blanc. Elle dit que le visage de Mary est bien formé et qu’elle a bougé avec grâce.

En avril 1550, le mari d’Antoinette, Claude mourut. Antoinette était désormais vraiment chef de famille et le resta jusqu'à sa mort. En septembre de la même année, Marie de Guise a voyagé de l'Écosse à la France pour obtenir le soutien de sa régence du roi Henri II. Elle était ravie de retrouver sa fille et sa mère pour une courte visite. Lorsque Mary Queen of Scots avait quinze ans et que les conditions de son mariage avec le Dauphin étaient en discussion, Mary of Guise nomma Antoinette comme sa représentante dans les négociations. Antoinette comptait à son tour sur ses fils, en particulier le cardinal de Lorraine, pour veiller sur les intérêts de la famille.

Mary Queen of Scots et son mari Francis étaient roi et reine de France pendant seulement un an et demi lorsque Francis mourut d'un abcès à l'oreille en décembre 1560. Mary compta sur sa grand-mère pour se consoler. Mary of Guise mourut en Écosse en juin 1560 et nomma Antoinette exécuteur testamentaire avec son frère. Mary Queen of Scots est retournée en Écosse pour gouverner de son propre chef et a fait deux mariages désastreux qu'Antoinette désapprouvait. Lorsque Mary a été forcée d'abdiquer et qu'elle a eu des ennuis, Antoinette a refusé de l'aider.

Antoinette a continué sa domination en tant que chef de famille pendant de nombreuses années. Ses enfants et petits-enfants comptaient beaucoup sur elle pour obtenir des conseils politiques, ménagers et personnels. Elle s'habillait toujours de noir et s'entourait d'objets dont elle aurait besoin pour ses propres funérailles. Elle gardait son propre cercueil dans la galerie qui menait à la chapelle pour la messe, toujours forte de sa foi en l'Église catholique. Elle était largement connue pour sa prudente charité. Antoinette mourut à Joinville le 20 janvier 1583. Elle avait survécu à tous ses enfants sauf l'abbesse Renée. Mary Queen of Scots devait être exécutée en Angleterre quatre ans plus tard.

Lectures complémentaires:

Marie de Guise, reine des Écossais, par Rosalind K. Marshall

La vraie vie de Mary Stuart, reine des Écossais, par John Guy

Mary Queen of Scots, par Antonia Fraser

Susan Abernethy est l'écrivain deLe rédacteur d'histoire indépendant et un contributeur àSaints, sœurs et salopes. Vous pouvez suivre les deux sites sur Facebook (http://www.facebook.com/thefreelancehistorywriter) et (http://www.facebook.com/saintssistersandsluts), ainsi que surAmoureux de l'histoire médiévale. Vous pouvez également suivre Susan sur Twitter@ SusanAbernethy2


Voir la vidéo: Château de Chantilly et les appartements du Duc dAumale par Mathieu Deldicque, conservateur. (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Aodhfionn

    Est-ce inégalé ?

  2. Tong

    À mon avis, c'est un thème très intéressant. Je vous le suggère de discuter ici ou dans PM.

  3. Neshura

    Vous permettez l'erreur. Entrez, nous en discuterons. Écrivez-moi en MP, on s'en occupe.

  4. Lean

    Message supprimé

  5. Marcellus

    Bravo, quels mots..., brillante pensée



Écrire un message