Des articles

La Cyrurgie d'Albucasis et autres œuvres, 1500

La Cyrurgie d'Albucasis et autres œuvres, 1500


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le Cyrurgie d'Albucasis et autres œuvres, 1500

LML Donaldson (bibliothécaire honoraire, RCPE)

Journal du Collège royal des médecins d'Édimbourg: 41:85–8 (2010) 

Abstrait

Quatre traités de chirurgie, imprimés dans la dernière année du XVe siècle, constituent le plus ancien livre imprimé illustré de la bibliothèque Sibbald. Le second, la Cyrurgie d'Albucasis, est le plus intéressant et je ne parlerai que brièvement des autres.

Le premier ouvrage du livre, Cyrurgia parva Guidonis, est la Chirurgia parva ou court traité de chirurgie de Guy de Chauliac, un chirurgien français du XIVe siècle dont les travaux étaient encore influents au XVIe siècle. Son travail a été fortement influencé par les sources arabes et est devenu un texte chirurgical standard qui a été retravaillé à plusieurs reprises et apparaît sous de nombreuses formes au XVIe siècle, souvent avec le titre Guido ou Guidon. Ici, cependant, nous avons la première édition latine imprimée de la Chirurgia parva, un bref recueil de la Chirurgia magna de (probablement) 1363. Il semble probable que la Chirurgia parva est une série d'extraits réalisés à partir de l'œuvre plus grande par une main inconnue ou les mains.

Les troisième et quatrième traités, Tractatus de oculis Jesu hali et Tractatus de oculis Canamusali, concernent l'œil et leur auteur est quelque peu obscur. Jesu Hali (Jesus filius Hali) était le nom latinisé d'Ali Ben Isa qui a prospéré vers 1050 et a écrit sur l'œil.

Canamusali de Baldach semble être Ammar ibn Ali al-Mausili qui est probablement originaire de Mossoul plutôt que de Bagdad comme son nom latinisé le suggère; si c'est le cas, il a probablement prospéré au XIIIe siècle. Dans ce texte, il se présente comme un collator plutôt qu’un auteur, affirmant clairement qu’il a rédigé un recueil de données sur l’œil provenant de diverses «sources hébraïques et chaldéennes et d’Inde». Hargreaves considère l'attribution du texte que Canamusali présente comme douteuse, mais suggère David l'Arménien (David Armenicus) comme l'auteur possible.2 Sack l'attribue simplement à David Armenicus3. une collection de matériel provenant de sources arabes médiévales.


Voir la vidéo: FILM 1001 Inventions and the World of Ibn Al Haytham English Version (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Zuluzil

    Je dois vous dire que vous avez été induit en erreur.

  2. Nizuru

    Bravo, phrase brillante et opportune

  3. Malar

    Je félicite, on vous a visité avec une excellente idée

  4. Launder

    Merci pour l'explication.

  5. Beth

    Cette excellente phrase est nécessaire au fait

  6. Basel

    Je vous propose de visiter un site sur lequel il y a de nombreux articles sur cette question.



Écrire un message